Document - Colombian defenders at risk after threats

Colombie. Des défenseurs des droits humains en danger après avoir été menacés

AU 268/12, AMR 23/035/2012 – Colombie 17 septembre 2012 17 septembre 2012

ACTION URGENTE

COLOMBIE. DES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS EN DANGER APRÈS AVOIR ÉTÉ MENACÉS

Luz Elsia Almanza Suárez, membre de l'Association de parents de détenus-disparus (ASFADDES), a été menacée par un groupe paramilitaire le 6 septembre dernier à Barrancabermeja, en Colombie. D'autres membres de l'ASFADDES ont également reçu des menaces.

Le 4 septembre 2012, deux hommes à moto ont pris des photos de Luz Elsia Almanza Suárez, coordinatrice de la section de Barrancabermeja de l'Association de parents de détenus-disparus (ASFADDES), et de sa mère. Plus tard dans la journée, un homme conduisant une autre moto et son passager se sont garés devant la maison où vivent les deux femmes à Barrancabermeja et ont surveillé l'endroit pendant quelques minutes. Le 6 septembre, Luz Elsia Almanza Suárez a reçu un SMS de menace envoyé par le groupe paramilitaire Los Urabeños. Le message lui disait d'arrêter de militer dans l'affaire de la disparition forcée et de l'homicide de John Jairo Amador Valencia. Il était indiqué : « Nous savons où tu vis, nous t'avons localisée, Luz Almanza, coordinatrice de l'ASFADDES. » Cette femme affirme qu'elle continue d'être suivie depuis.

Le 22 mai dernier, le corps de John Jairo Amador Valencia, disparu depuis le 20 mai, a été retrouvé dans le petit village de Tenerife, à Barrancabermeja. Ses mains et ses pieds étaient attachés. Cet homme a été tué quelques jours après l'anniversaire de la disparition forcée de son cousin, Riky Nelson Garcia, enlevé en même temps que 24 autres personnes le 16 mai 1998 à Barrancabermeja. L'ASFADDES milite pour obtenir justice dans des affaires de disparitions forcées et d'homicides, notamment concernant des motocyclistes qui faisaient le taxi à Barrancabermeja.

Le 27 juillet dernier, les membres de l'ASFADDES ont reçu un appel dans leurs locaux à Bogotá. Il s'agissait d'un message enregistré, proposant deux emplacements gratuits au cimetière. Le 30 août, l'ASFADDES et d'autres ONG ont organisé des événements pour célébrer la Journée internationale des victimes de disparition forcée. Plusieurs hommes au comportement suspect ont assisté à ces événements à Bogotá et Medellin et pris des photos de membres de l'ASFADDES.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

faites part de votre inquiétude quant à la sécurité de Luz Elsia Almanza Suárez, de sa mère et d'autres membres de l'ASFADDES ;

appelez les autorités à assurer leur protection et à diligenter une enquête minutieuse et impartiale sur les menaces adressées à ces personnes et la surveillance dont elles ont fait l'objet, à rendre les conclusions publiques et à traduire les responsables présumés en justice ;

rappelez-leur qu'elles doivent respecter leurs obligations vis-à-vis de la situation des défenseurs des droits humains, conformément à la Déclaration des Nations unies de 1998 sur les défenseurs des droits de l'Homme ;

exhortez-les à démanteler immédiatement les groupes paramilitaires et à rompre leurs liens avec les forces de sécurité.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 29 OCTOBRE 2012 À :

Président de la Colombie

Juan Manuel Santos

Presidente de la República

Palacio de Nariño,

Carrera 8 No.7-26,

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 596 0631

Formule d'appel : Excmo. Sr. Presidente Santos, / Monsieur le Président,

Ministre de l'Intérieur

Fernando Carrillo

Ministro del Interior

Carrera 9a No 14-10, piso 8

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 283 9876

Formule d'appel : Estimado Sr. Ministro, / Monsieur le Ministre,

Copies à :

ASFADDES

Calle 77 No. 14-47

Oficina: 501 – Edificio Santa Lucia

Bogotá, Colombie

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Colombie dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

COLOMBIE. DES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS EN DANGER APRÈS AVOIR ÉTÉ MENACÉS

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Au cours du conflit armé qui déchire la Colombie depuis des années, les membres d'organisations de défense des droits humains, de syndicats et d'autres organisations sociales font souvent l'objet de menaces, de disparition forcée ou d'homicide. Les groupes paramilitaires colombiens sont censés avoir été démobilisés dans le cadre d'un programme lancé par le gouvernement en 2003, mais les menaces proférées contre ces personnes à Barrancabermeja et ailleurs montrent qu'ils sont toujours actifs.

L'ASFADDES est une ONG colombienne de défense des droits humains composée de proches de victimes de disparition forcée, qui œuvrent pour découvrir ce qui est arrivé à leurs parents et faire traduire les responsables présumés en justice. Cette organisation possède des locaux à Barrancabermeja qui ont dû être fermés temporairement par le passé pour des raisons de sécurité. En 2009, Luz Elsia Almanza Suárez a été menacée de mort par des paramilitaires qui ont déclaré qu'elle était une cible militaire. Avec d'autres membres de l'ASFADDES à Barrancabermeja, cette femme cherche où se trouvent leurs proches et milite pour que les auteurs de ces agissements soient jugés.

Le 16 mai 1998, des paramilitaires lourdement armés se sont rendus sans encombre dans plusieurs quartiers pauvres de Barrancabermeja. En chemin, ils ont rassemblé des habitants ; ils en ont tués plusieurs sur place et ont obligé beaucoup d'autres à monter à bord de camions. Les paramilitaires ont ainsi enlevé 25 personnes, dont Riky Nelson Garcia, qu'ils ont fait descendre de force de sa moto et battu. En janvier 2009, le corps de cet homme a été retrouvé dans une fosse commune, ainsi que les dépouilles de quatre autres hommes soumis à une disparition forcée. Lorsque John Jairo Amador Valencia a lui aussi fait l'objet d'une disparition forcée le 20 mai dernier, le bureau local du procureur général aurait été réticent à déclencher immédiatement le dispositif d'alerte enlèvement.

Les manœuvres de harcèlement et les menaces à l'encontre des membres de l'ASFADDES se sont intensifiées récemment, tandis que le général à la retraite Mauricio Santoyo a été capturé et extradé pour des infractions relatives au trafic de drogue. Cet homme aurait été impliqué dans la mise sur écoute de l'ASFADDES à Medellín juste avant la disparition forcée d'Ángel Quintero et Claudia Monsalve, membres de l'organisation, le 6 octobre 2000.

Personnes concernées : Luz Elsia Almanza Suárez et autres membres de l'ASFADDES

Genre : hommes et femmes

AU 268/12, AMR 23/035/2012, 17 septembre 2012

image1.png image2.png