Document - Colombie. Des défenseurs des droits humains menacés

Colombie. Des défenseurs des droits humains menacés

AU 252/12, AMR 23/030/2012 – Colombie 24 août 2012 24 août 2012

ACTION URGENTE

COLOMBIE. DES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS MENACÉS

Des militants en faveur des droits des lesbiennes, des gays, et des personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI), des syndicalistes, des associations de victimes et des défenseurs des droits humains ont reçu des menaces de mort adressées par des paramilitaires, à Barrancabermeja, dans le nord de la Colombie.

Le 18 août 2012, un tract imprimé par le groupe paramilitaire Comandos urbains Rastrojos, contenant des menaces de mort, a été déposé dans les bureaux de l'ONG colombienne Gente en Acción, à Barrancabermeja, dans le département de Santander. Plusieurs militants, dont le militant LGBTI Ovidio Nieto Jaraba, qui travaille pour Gente en Acción, William Mendoza, président de la section de Barrancabermeja du Syndicat national des travailleurs de l'industrie agroalimentaire (SINALTRAINAL), et le défenseur des droits humains Himad Abdala Choser, étaient cités dans ce document, et accusés d'avoir « encouragé et organisé des mouvements de protestation » et de soutenir les groupes de guérilla. Il était également marqué : « Nous n'adresserons plus de menaces, nous passerons à l'action [...] nous reprenons le contrôle de toutes les entités ». Les personnes nommées dans le texte semblaient condamnées à mort. Ces menaces sont les dernières en date depuis un défilé en faveur des LGBTI qui a eu lieu à Barrancabermeja le 27 juillet dernier.

D'autres organisations colombiennes étaient citées dans le tract : le Comité régional de défense des droits humains (CREDHOS), l'Association des victimes de crimes d'État du Magdalena Medio (ASORVIMM), l'Association des paysans de la vallée du Cimitarra (ACVC) et l'Association des personnes déplacées installées dans la municipalité de Barrancabermeja (ASODESAMUBA).

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

faites part de votre inquiétude quant à la sécurité d'Ovidio Nieto Jaraba, de William Mendoza, de Himad Abdala Choser et des autres membres de l'ACVC, de l'ASODESMUBA, de l'ASORVIMM, du CREDHOS, de Gente en Acción et du SINALTRAINAL, au vu des menaces de mort qui leur ont été adressées, et appelez les autorités à les protéger, dans le respect de leurs souhaits ;

exhortez-les à diligenter une enquête minutieuse et impartiale sur ces menaces, à rendre les conclusions publiques et à traduire les responsables présumés en justice ;

rappelez-leur qu'elles doivent s'acquitter de leur obligation de protéger les défenseurs des droits humains, comme l'indique la Déclaration des Nations unies de 1998 sur les défenseurs des droits de l'Homme, à laquelle la Colombie est partie ;

engagez-les à prendre des mesures immédiates pour démanteler les groupes paramilitaires et rompre leurs liens avec les forces de sécurité, conformément à l'engagement du gouvernement et aux recommandations des Nations unies et d'autres organisations intergouvernementales.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 5 OCTOBRE 2012 À :

Président de la Colombie

Juan Manuel Santos

Presidente de la República

Palacio de Nariño

Carrera 8 No.7-26, Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 596 0631 (merci de vous montrer persévérant-e)

Formule d'appel : Estimado Sr. Presidente Santos, / Monsieur le Président,

Ministre de l'Intérieur

Federico Rengifo Vélez

Ministerio del Interior

Carrera 8 No. 7-83, Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 283 9876

Formule d'appel : Estimado Sr. Ministro Renjifo, / Monsieur le Ministre,

Copies à :

Gente en Acción

Calle 54 No 35-38, Barrio 1 de mayo

Barrancabermeja, Colombie

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Colombie dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

COLOMBIE. DES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS MENACÉS

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Dans le cadre du conflit colombien qui dure depuis plus de 40 ans, les forces de sécurité et les groupes paramilitaires assimilent souvent les membres d'organisations de défense des droits humains et de syndicats à des collaborateurs ou des sympathisants de la guérilla, et vont jusqu'à les menacer, les enlever ou les tuer. Des groupes de guérilleros menacent ou exécutent eux aussi des défenseurs des droits humains et des syndicalistes, qu'ils accusent de se ranger du côté de leurs ennemis.

Les groupes paramilitaires colombiens sont censés avoir été démobilisés dans le cadre d'un programme lancé par le gouvernement en 2003, mais les menaces proférées contre des défenseurs des droits humains, entre autres, dans différentes régions du pays montrent qu'ils sont toujours actifs.

Le 27 juillet 2012, la communauté LGBTI de Barrancabermeja a organisé un défilé pour réclamer le respect et la reconnaissance de ses membres. Il s'agissait du premier du genre dans cette municipalité. Depuis, les individus impliqués dans l'organisation de cette manifestation et leurs sympathisants sont menacés. Oviedo Nieto Jaraba a reçu plusieurs menaces par SMS. Le 14 août, une enveloppe contenant une balle et un tract sur lequel était inscrite une menace de mort a été trouvée chez Himad Abdala Choser. Ce document visait également le CREDHOS, l'ASORVIMM, Gente en Acción, le SINALTRAINAL, l'ACVC et l'ASODESMUBA.

Personnes concernées : Oviedo Nieto Jaraba (h), William Mendoza (h), Himad Abdala Choser (h), membres du personnel de l'ACVC, de l'ASODESMUBA, de l'ASORVIMM, du CREDHOS, de Gente en Acción et du SINALTRAINAL (hommes et femmes)

AU 252/12, AMR 23/030/2012, 24 août 2012

image1.png image2.png