Document - Sudan: Activist seized moments after release: Rudwan Dawod

Soudan. Un militant arrêté juste après sa libération

AU 238/12, AFR 54/038/2012 – Soudan 16 août 2012

ACTION URGENTE

SOUDAN. UN MILITANT ARRÊTÉ JUSTE APRÈS SA LIBÉRATION

Le 13 août dernier, Rudwan Dawod a été libéré sur ordre d’un juge, mais il a été arrêté juste après par les Services nationaux de la sûreté (NSS). On ignore où il se trouve et on craint qu’il subisse des actes de torture ou d’autres mauvais traitements.

Le militant soudanais Rudwan Dawod est le cofondateur de Girifna (« On en a marre »), un important groupe de jeunes impliqués dans la récente vague de manifestations critiquant le gouvernement soudanais. Rudwan Dawod est un citoyen américain. Il est venu au Soudan en juin 2012 pour rendre visite à sa famille. Il a été arrêté en même temps que le militant étudiant Ahmed Ali « Kawarti » le 3 juillet dernier par les NSS à Khartoum, la capitale du pays, alors qu’ils participaient à un rassemblement pacifique. Les NSS ont accusé ces deux hommes de terrorisme en vertu de l’article 65 du Code pénal, une infraction passible de la peine de mort. Amnesty International a des raisons de penser que Rudwan Dawod a été torturé aux mains d’agents des NSS. Il aurait notamment été gravement battu, privé de sommeil et menacé de viol à plusieurs reprises.

Le 13 août, un juge d’une juridiction pénale a acquitté cet homme du chef d’inculpation de terrorisme, mais il l’a condamné à une amende pour avoir « tenté de troubler l’ordre public ». Bon nombre de Soudanais ont été accusés de cette infraction mineure au cours des derniers mois. Lorsque Rudwan Dawod est sorti du tribunal, des agents des NSS l’ont attrapé et emmené dans un endroit inconnu où il est maintenu en détention au secret depuis.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en arabe, en anglais ou dans votre propre langue :

appelez les autorités à garantir de toute urgence la libération immédiate et sans condition de Rudwan Dawod ;

demandez-leur de révéler où se trouve cet homme et de lui permettre de contacter sa famille, de bénéficier sans délai et régulièrement de soins médicaux, et de consulter un avocat ;

priez-les de veiller à ce qu’il ne soit pas victime de torture ou d’autres mauvais traitements ;

exhortez-les à cesser de harceler les militants pacifiques, et à respecter les libertés d’expression, d’opinion, d’association et de réunion pacifique, inscrites dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel le Soudan est partie.

VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 27 SEPTEMBRE 2012 À :

Président du Soudan

Omar Hassan Ahmad al-Bashir

Office of the President

People’s Palace

PO Box 281, Khartoum, Soudan

Courriel : info@sudan.gov.sd

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Président,

Ministre de la Justice

Mohammed Bushara Dousa

Ministry of Justice

PO Box 302

Al Nil Avenue, Khartoum, Soudan

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Copies à :

Ministre de l’Intérieur

Ibrahim Mohamed Hamed

Ministry of Interior

PO Box 873, Khartoum, Soudan

Courriel : mut@isoc.sd

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Soudan dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

SOUDAN. UN MILITANT ARRÊTÉ JUSTE APRÈS SA LIBÉRATION

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Depuis janvier 2011, le Soudan est le théâtre de fréquentes manifestations inspirées des mouvements de protestation qui ont vu le jour au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et appelant au changement politique et à l’amélioration des conditions socioéconomiques. Les autorités réagissent en harcelant, en arrêtant et en maltraitant des manifestants pacifiques.

Depuis les derniers rassemblements en date (organisés aux alentours du 17 juin dernier), des dizaines de militants, de blogueurs et de journalistes ont été interpellés et placés en détention par les autorités, qui tentent ainsi d’étouffer la dissidence et de compromettre la couverture médiatique des événements, ce qui constitue une violation des libertés d’expression et de réunion pacifique.

Le mouvement de protestation, dominé par des groupes de militants étudiants comme Girifna et Sharara (« La jeunesse pour le changement »), s’est concentré jusqu’à présent autour des universités de Khartoum et des villes voisines d’Omdurman et de Khartoum-Nord. Des manifestations ont également été signalées dans des universités provinciales comme celle du Nil bleu, à Ed Damazin, ainsi que dans des quartiers résidentiels de la capitale.

Nom : Rudwan Dawod

Genre : homme

AU 238/12, AFR 54/038/2012, 16 août 2012

image1.png image2.png image3.png