Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

16 février 2009

Zimbabwe. L'UA et l'ONU doivent immédiatement envoyer des observateurs chargés de veiller au respect des droits humains

Amnesty International a appelé l'Union africaine et les Nations unies à envoyer des observateurs chargés d'enquêter sur les atteintes aux droits humains commises par les forces de sécurité du Zimbabwe au cours de l'actuelle période de transition. Cet appel fait suite à l'arrestation de plusieurs militants des droits humains et de Roy Bennett, figure politique du Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

« Plusieurs évènements se sont produits depuis que le nouveau gouvernement du Zimbabwe a prêté serment, suggérant l'existence d'une force, au sein des forces de sécurité zimbabwéennes, qui continuerait d'ordonner des violations des droits fondamentaux comme méthode de gouvernement des personnes qui lui déplaisent », a déclaré Simeon Mawanza, expert pour le Zimbabwe auprès d'Amnesty International.

Le 14 février, la police de Bulawayo a arrêté dix militants qui avaient pris part à une manifestation pacifique. Sept femmes, militantes de l'organisation Femmes du Zimbabwe, debout ! et trois hommes de Radio Dialogue sont en garde à vue au commissariat central de Bulawayo. L'une des femmes en garde à vue allaite son enfant, mais elle a été séparée de son bébé qui a été confié à des proches. Ces militants n'ont pas été inculpés et leur avocat n'a pas pu les rencontrer.

L'appel lancé par l'organisation intervient également après l'arrestation, le vendredi 13 février, de Roy Bennett, homme politique membre du MDC, à l'aéroport de Harare, par des policiers de la section du maintien de l'ordre de la police nationale du Zimbabwe. Roy Bennett, en garde à vue au commissariat central de Mutare, est inculpé au titre de l'article 61 de la Loi relative à l'ordre public et à la sécurité pour conspiration en vue d'acquérir des armes dans le but de perturber des services essentiels. Les services de police auraient demandé et obtenu la prolongation de sa garde à vue pendant encore quarante-huit heures. Roy Bennett doit prêter serment en tant que vice-ministre de l'agriculture dans le courant de la semaine.

« L'arrestation de Roy Bennett, grande figure de la politique, sur la base d'accusations à caractère politique, est révélatrice du niveau des défis auxquels est confronté le gouvernement d'union et la preuve qu'une présence internationale est nécessaire de toute urgence pour superviser le processus de transition », a déclaré Simeon Mawanza.

Les policiers n'ont pas conduit Roy Bennett et les militants de Bulawayo au tribunal ce lundi 16 février. Tous risquent de passer encore quelque temps en garde à vue.

« Amnesty International considère toutes les personnes arrêtées pour avoir exercé des droits internationalement reconnus, tels le droit de manifester pacifiquement et le droit à la liberté d'association, comme des prisonniers d'opinion et appelle à leur remise en liberté immédiate et sans condition », a déclaré Simeon Mawanza.

Complément d'information
Les noms des militantes de WOZA, détenues au commissariat central de Bulawayo sont : Barbara Bepe, Patience Mpofu, Praise Mlangeni, Gladys Dube, Shingirai Mupani, Virginia Sithole et Peace Mthethwa. Les trois hommes de Radio Dialogue sont Thandazani Nkomo, Zenzele Ndebele et Oscar Hungwe qui ont été arrêtés en même temps.

Radio Dialogue est une station de radio à but non lucratif. Elle a pour ambition de diffuser des émissions radiophoniques destinées à la population de Bulawayo et de ses environs, et pour objectif d'offrir un espace de débat et d'échange d'informations sur les questions économiques, politiques, sociales, culturelles et de développement. Radio Dialogue n'a toujours pas obtenu de licence de diffusion de la Broadcasting Authority of Zimbabwe (BAZ). En attendant l'autorisation de diffuser pour les radios associatives, Radio Dialogue fonctionne en tant que studio d'enregistrement et de production, afin d'être prête à prendre l'antenne dès sa licence accordée.
Région ou pays Afrique
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress