Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde
Voir cet article dans d’autres langues:

Communiqués de presse

26 juillet 2011

Viêt-Nam. Un prêtre dissident, en mauvaise santé, a été renvoyé en prison

Amnesty International exhorte les autorités vietnamiennes à libérer immédiatement et sans condition un prêtre catholique qui a été renvoyé derrière les barreaux lundi 25 juillet alors qu'il était en liberté conditionnelle afin de recevoir des soins pour de graves problèmes de santé.

Le 25 juillet, la police a arrêté le père Nguyen Van Ly, 64 ans, dans le diocèse de Huê, puis une ambulance l'a transporté jusqu'à la prison. Selon les autorités, il a été renvoyé en prison parce qu'il a distribué des tracts hostiles au gouvernement alors qu'il était en liberté conditionnelle.

Il purgeait une peine de huit ans d'emprisonnement pour avoir « mené une propagande contre l'État » ; en raison d'un accident vasculaire cérébral et d'une tumeur au cerveau, il a été remis en liberté provisoire en mars 2010.

« Le père Nguyen Van Ly est en très mauvaise santé et n'aurait jamais dû être arrêté. C'est un prisonnier d'opinion, incarcéré uniquement pour son travail pacifique en faveur de la démocratie, a indiqué Donna Guest, directrice adjointe du programme Asie-pacifique d'Amnesty International.

« Les autorités vietnamiennes doivent le libérer sans délai et, dans l'intervalle, révéler où il est détenu et lui accorder immédiatement le droit de recevoir des visites de sa famille, de consulter son avocat et de recevoir les soins médicaux dont il a besoin. »

Le père Nguyen Van Ly a été condamné à une peine de huit ans d'emprisonnement, assortie d'une période d'assignation à résidence de cinq ans en 2007. Éditeur du journal dissident secret To Do Ngon Luan (Liberté et démocratie), il est l'un des fondateurs du cyber-mouvement pro-démocratique « Bloc 8406 » et a contribué à créer d'autres groupes politiques interdits au Viêt-Nam.

Il purgeait sa peine à la prison de Ba Sao, près de Hanoï, dans le nord du pays, lorsqu'il a été victime d'un accident vasculaire cérébral en novembre 2009. Les autorités n'ont pas fait procéder à un véritable diagnostic et ne lui ont pas fourni les soins médicaux nécessaires. Elles se sont contentées de le transférer dans un hôpital pénitentiaire à Hanoï environ deux semaines plus tard. Bien que partiellement paralysé, il a été renvoyé dans sa cellule le 11 décembre 2009.

Le 15 mars 2010, il s'est vu accorder une « suspension temporaire » de sa condamnation pendant 12 mois afin de pouvoir bénéficier de soins médicaux. On lui a en effet diagnostiqué une tumeur au cerveau.

Depuis les années 1970, le père Nguyen Van Ly a passé environ 17 ans en prison – dans des conditions éprouvantes et souvent à l'isolement – pour avoir demandé aux autorités vietnamiennes de respecter la liberté d'expression et l'ensemble des droits fondamentaux.

« Le père Nguyen Van Ly compte parmi les dizaines de militants qui purgent de longues peines de prison pour avoir critiqué pacifiquement les autorités vietnamiennes, a indiqué Donna Guest.

« La dissidence pacifique et la promotion de la démocratie sont érigées en infraction au Viêt-Nam et ces prisonniers d'opinion sont détenus dans des conditions déplorables. »

Index AI : PRE01/366/2011
Région ou pays Asie - Pacifique
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress