Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

28 juillet 2011

Taiwan confirme une condamnation à mort dans le cadre d'une affaire vieille de 23 ans

Taiwan doit cesser de recourir à la peine capitale, a déclaré Amnesty International jeudi 28 juillet à la suite de la confirmation d'une condamnation à ce châtiment dans l'affaire pénale la plus ancienne du pays.

Chiou Ho-shun, incarcéré depuis 23 ans, se trouve désormais dans le quartier des condamnés à mort et risque d'être exécuté, la Cour suprême ayant rejeté son recours le 28 juillet.

« Les autorités taiwanaises doivent immédiatement suspendre l'exécution de Chiou Ho-shun, et ordonner qu'il soit rejugé et bénéficie d'une procédure équitable conforme aux normes internationales », a déclaré Sam Zarifi, directeur du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

« Taiwan doit par ailleurs introduire un moratoire sur l'ensemble des exécutions, étape vers l'abolition totale de ce châtiment cruel, inhumain et dégradant. »

À la suite d'une enquête officielle, en 1994, deux procureurs et 10 policiers travaillant sur l'affaire de l'enlèvement de Lu Cheng ont été reconnus coupables d'avoir extorqué des « aveux » sous la torture.

En 2003, la police a également reconnu avoir essayé d'étouffer le fait qu'un homme exécuté pour d'autres infractions avait avoué le meurtre.

Il a été condamné à mort en 1989 pour deux crimes distincts commis en 1987 : l'enlèvement de Lu Cheng et le meurtre de Ko Hung Yu-lan.

Le cas de Chiou Ho-shun a fait l'objet de nombreux allers-retours entre la Haute Cour et la Cour suprême, et a été rejugé 11 fois.

Ses 11 coaccusés ont été condamnés à des peines de prison, qu'ils ont tous purgées ; l'un d'entre eux est mort en prison.

Plus de 50 personnes se trouvent actuellement dans le quartier des condamnés à mort à Taiwan. Cinq hommes ont été exécutés cette année et quatre autres le 30 avril 2010. La dernière exécution avant cette date remonte à décembre 2005.

Depuis 2000, le gouvernement taiwanais s'est engagé à maintes reprises à abolir la peine de mort. L'application obligatoire de ce châtiment a été abolie en 2006. Le nombre de crimes emportant la peine capitale a diminué mais les exécutions se sont poursuivies.

« Compte tenu des exécutions récentes et de ce dernier jugement en date, Amnesty International met en doute les déclarations d'intention des autorités taiwanaises concernant l'abolition de la peine de mort », a ajouté Sam Zarifi.

« Taiwan doit tenir sa promesse de mettre fin à cette pratique détestable, et suivre la tendance abolitionniste mondiale. »

En 1977, lorsque Amnesty International a lancé sa Campagne mondiale contre la peine de mort, ce châtiment avait été aboli dans 16 États seulement. Aujourd'hui, près de 100 pays ont cessé d'y recourir pour tous les crimes, et 139 l'ont aboli en droit ou dans la pratique.

Index AI : PRE01/372/2011
Région ou pays Asie - Pacifique
Pays Taiwan
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress