Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

25 avril 2011

L'offensive militaire syrienne contre les manifestants doit cesser

La réaction brutale du gouvernement syrien aux revendications de son peuple en faveur du changement est absolument scandaleuse, a déclaré Amnesty International lundi 25 avril, alors que les chars de l'armée continuaient de bombarder des zones résidentielles dans la ville de Deraa (sud du pays).

Après que l'armée syrienne a été déployée tôt ce lundi à Deraa, des chars ont été utilisés pour bombarder des bâtiments civils, ont indiqué des sources à l'organisation.

« En ayant recours à l'artillerie contre son propre peuple aujourd'hui, le gouvernement syrien a montré sa détermination à réprimer les manifestations pacifiques à tout prix, quel qu'en soit le coût en terme de vies humaines, a souligné Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Le président Bachar el Assad doit faire cesser cette action immédiatement. Il doit retirer sans délai son armée de Deraa et veiller à ce que les services de base à la ville soient rétablis. Il faut que l'aide humanitaire puisse arriver aux victimes de cette dernière attaque totalement inacceptable. »

Tous les réseaux de distribution d'eau et d'électricité ont été coupés dans cette ville au centre des manifestations qui secouent le pays depuis mi-mars, où les premiers manifestants ont été tués par les forces de sécurité.

Amnesty International a reçu les noms de 23 personnes qui auraient péri dans l'attaque menée lundi 25 avril sur Deraa par l'armée syrienne, mais craint que le nombre total de morts ne soit bien plus élevé. Parmi les victimes, beaucoup auraient été tuées par des bombardements.

D'après les sources de l'organisation, des tireurs embusqués auraient également été déployés et auraient pris pour cible les personnes tentant d'aider les blessés étendus dans les rues.

Certains corps ont été laissés gisant par terre près de la mosquée Omari et ailleurs car les personnes qui voulaient les récupérer en ont été empêchées.

Il semblerait que l'armée utilise aussi des méthodes brutales similaires à al Muadamiya, une banlieue de Damas, et certains médias ont fait état d'autres homicides de manifestants à Douma.

Amnesty International pense qu'au moins 393 personnes ont été tuées par les forces de sécurité syriennes depuis que les manifestations ont débuté il y a cinq semaines.

« Voilà un gouvernement qui semble avoir peur de son propre peuple et de ses revendications en faveur de réformes politiques et autres, a ajouté Malcolm Smart.

« Les concessions accordées par le président el Assad ont été trop maigres, trop tardives pour les manifestants, et maintenant le gouvernement semble résolu à leur rappeler sa vraie nature, très répressive, dans l'espoir que cela les pousse à la soumission. Cependant, cette nouvelle brutalité pourrait n'avoir pour effet que de redoubler la détermination des manifestants à résister et à revendiquer leurs droits. »

Index AI : PRE01/223/2011
Région ou pays Moyen-Orient et Afrique du Nord
Pays Syrie
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress