Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

22 septembre 2009

Sierra Leone. Urgence en matière de droits humains : une femme sur huit risque de mourir pendant la grossesse ou l'accouchement

(Freetown, Sierra Leone). Au moment où les dirigeants de la planète s'apprêtent à se réunir à New York pour discuter de l'accroissement du financement des soins de santé dans les pays en voie de développement, la secrétaire générale d'Amnesty International, Irene Khan, lance une campagne pour réduire la mortalité maternelle en Sierra Leone.  

Le rapport qui accompagne cette action, Out of Reach: The Cost of Maternal Health in Sierra Leone, se fonde sur des témoignages personnels qui montrent que de nombreuses femmes et jeunes filles ne peuvent pas bénéficier de soins qui leur sauveraient la vie parce qu'elles sont trop pauvres pour se les payer. En Sierra Leone, une femme sur huit risque de mourir pendant la grossesse ou l'accouchement. Il s'agit de l'un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde.


Des milliers de femmes meurent d'hémorragie après l'accouchement. La plupart meurent chez elles. Certaines meurent en se rendant à l'hôpital, en taxi, en motocyclette ou à pied. En Sierra Leone, moins de la moitié des naissances se passent en présence d'une accoucheuse compétente et moins d'un accouchement sur cinq a lieu dans un établissement de santé.


« Ces chiffres préoccupants montrent que les décès liés à la maternité sont une urgence des droits humains en Sierra Leone, a déclaré Irene Khan. Des femmes et des jeunes filles meurent par milliers parce qu'elles sont privées de leur droit à la vie et à la santé, en dépit de la promesse du gouvernement de fournir des soins médicaux gratuits à toutes les femmes enceintes. »


L'accès aux soins médicaux dans les pays en voie de développement sera une des questions abordées en priorité par l'Assemblée générale des Nations unies réunie le 23 septembre. Le Premier ministre britannique Gordon Brown devrait annoncer une série de nouvelles solutions de financement pour améliorer les systèmes de santé dans les pays en voie de développement, en mettant l'accent sur la santé maternelle et infantile. La Sierra Leone devrait être un des bénéficiaires de ce financement.


« La Sierra Leone a un besoin criant de fonds supplémentaires mais ceux-ci n'atteindront pas les femmes et les enfants des régions isolées, qui sont ceux qui courent les plus grands dangers, a indiqué Irene Khan. La vie des femmes et jeunes filles ne pourra être sauvée que lorsque le système de santé sera convenablement géré et que le gouvernement aura des comptes à rendre à ce sujet. »


« L'argent supplémentaire ne résoudra pas le problème. En Sierra Leone, la tragédie terrible de la mortalité maternelle trouve ses origines dans la discrimination dont font l'objet les femmes et dans le statut social dévalorisé qui est le leur. Dans ce pays, les filles sont contraintes à se marier très jeunes, sont exclues des écoles et soumises à la violence sexuelle. Les besoins des femmes en matière de santé ne sont pas considérés comme prioritaires par les familles, les dirigeants communautaires et le gouvernement. »


La visite d'Irene Khan en Sierra Leone marque le début d'une campagne d'Amnesty International pour réduire la mortalité maternelle dans le pays. Une caravane va faire une tournée en Sierra Leone au cours des prochaines semaines pour faire circuler les informations sur la mortalité maternelle et débattre de cette question dans le pays.


Considérant que la pauvreté est un problème de droits humains, Amnesty International a lancé cette année la campagne mondiale Exigeons la dignité pour mettre fin aux violations des droits humains qui alimentent et aggravent la pauvreté. La mortalité maternelle est un élément fondamental de cette campagne, qui encourage les gens dans le monde entier à exiger que les gouvernements et les grandes entreprises écoutent la voix de ceux qui vivent dans la pauvreté, et qu'ils respectent leurs droits.


Note aux rédacteurs

- Le 22 septembre à Freetown, des milliers de personnes sont attendues pour participer à un événement public lors duquel Irene Khan donnera le signal de départ à la caravane d'Amnesty International pour mettre fin à la mortalité maternelle. La caravane fera une tournée dans le pays pour sensibiliser la population au fait que le problème des décès liés à la maternité relève des droits humains en Sierra Leone et pour demander au gouvernement une amélioration des services de santé dans le pays. Lors de cet événement, Irene Khan et des hauts responsables gouvernementaux prendront la parole, et il y aura une projection de film et des interventions théâtrales sur la mortalité maternelle.

- Pendant son séjour, Irene Khan a rencontré la première dame de la Sierra Leone Sia Koroma et des hauts responsables gouvernementaux. Elle s'est également rendue dans des établissements de santé, des bidonvilles et auprès de groupes de femmes pour entendre la voix des personnes qui vivent avec la réalité quotidienne de la mortalité maternelle.

- Des images sont disponibles auprès de l'AFP, dans la rubrique « Sierra Leone ». Une vidéo sans montage destinée aux médias et une bobine d'images et de sons sans commentaires sont disponibles.

- Irene Khan pourra donner des interviews depuis la Sierra Leone.

- Amnesty International s'attelle au problème de la mortalité maternelle dans le cadre de la campagne Exigeons la Dignité qu'elle a lancée récemment et qui porte sur la pauvreté en relation avec les droits humains.

- La visite en Sierra Leone intervient avant le lancement du livre d'Irene Khan The Unheard Truth, le 15 octobre. Il s'agit du premier livre d'Amnesty International qui s'intéresse aux liens entre la pauvreté et les droits humains.

Pour obtenir plus d'informations, recevoir le rapport à l'avance ou prendre rendez-vous pour une interview, veuillez prendre contact avec les personnes suivantes :
Katy Pownall ; tél. (mobile) : +44 7961 421 583 ou 232 786 39176
Courriel : katy.pownall@amnesty.org

Judit Arenas ; tél. (mobile) : 44 7778 472 188
Courriel : judit.arenas@amnesty.org<

Région ou pays Afrique
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress