Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

25 octobre 2013

Arabie Saoudite. Ni les menaces, ni les cyberattaques n'empêcheront les femmes de se mettre au volant

En dépit du fait que leur site a été piraté et que les autorités ont menacé de faire échouer leur projet, les militantes saoudiennes prévoient toujours de défier samedi 26 octobre l’interdiction qui leur est faite de conduire une voiture dans le Royaume.

Vendredi 25 octobre à l’aube, un pirate informatique a saboté le site oct26driving.org en le remplaçant par le message « Drop the leadership of Saudi women .. Accident ». La cyberattaque a eu lieu quelques heures après que le ministère de l’Intérieur saoudien eut renouvelé son engagement à faire respecter l’interdiction qui est faite aux femmes de conduire dans le Royaume.

« Les autorités prennent comme excuse que la société saoudienne est favorable à l’interdiction, et elles affirment que la législation n’est pas discriminatoire à l’égard des femmes, a déclaré Said Boumedouha, directeur par intérim du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord. Pendant ce temps-là, cependant, elles continuent de harceler et d’intimider les militantes saoudiennes. »

« Celles-ci ont reçu des menaces au téléphone et en ligne ; il y a eu des placements en détention et des interdiction de déplacements arbitraires ; des militantes et des femmes de leur famille ont été contraintes de signer des déclarations dans lesquelles elles s’engageaient à ne pas conduire ; la télévision publique a été utilisée pour discréditer ces militantes. »

« À deux reprises cette semaine, le ministère de l’Intérieur a levé toute ambiguïté quant au soutien des autorités à l’interdiction de conduire pour les femmes. L’interdiction et les moyens dissuasifs utilisés pour la maintenir sont rétrogrades et représentatifs de la discrimination plus large qui porte atteinte à la liberté des femmes et ternissent la réputation du Royaume. »

L’Arabie saoudite est le seul pays au monde où les femmes ne sont pas autorisées à conduire. Bien qu’aucune loi écrite n’énonce cette interdiction, un décret ministériel de 1990 a formalisé une proscription coutumière préexistante, et les femmes qui osent conduire courent le risque d’être arrêtées.

Index AI : PRE01/570/2013
Région ou pays Moyen-Orient et Afrique du Nord
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress