Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

25 septembre 2013

Russie. Il faut ouvrir une enquête sur les allégations d'une des membres de Pussy Riot au sujet de violations subies en prison

La décision des autorités carcérales russes de placer à l'isolement une des membres du groupe punk Pussy Riot se trouvant en prison, après que celle-ci se soit plainte des conditions de détention, est un nouveau signe que toute forme de libre expression, quelle qu'elle soit, est destinée à être réprimée dans ce pays, a déclaré Amnesty International.

Cette décision a été prise après que Nadejda Tolokonnikova ait entamé une grève de la faim et écrit une lettre ouverte décrivant les violations dont elle a été victime en colonie pénitentiaire, notamment le fait d'être forcée, comme d'autres détenues, à travailler de longues heures dans des conditions « proches de l'esclavage ». Nadejda Tolokonnikova a par ailleurs affirmé avoir été menacée de mort par un haut responsable de la prison puis, plus tard, par plusieurs autres détenues.

« L'administration pénitentiaire a déclaré que Nadejda Tolokonnikova avait été placée à l'isolement pour sa propre protection, mais nous craignons qu'il ne s'agisse d'une énième sanction contre elle parce qu'elle a demandé que ses droits et ceux d'autres détenues soient respectés. Les autorités devraient plutôt enquêter sur les allégations qu'elle a formulées », a indiqué Sergueï Nikitine, directeur du bureau d'Amnesty International à Moscou.

« Depuis le début, les faits reprochés aux membres de Pussy Riot se caractérisent par leur extravagance, et n'ont eu d'autre objectif que de limiter le droit de ces femmes à la liberté d'expression. Les autorités russes doivent libérer ces militantes sans délai ni condition, et annuler toutes les charges retenues contre elles. »

Les autorités carcérales ont réfuté les allégations de Nadejda Tolokonnikova selon lesquelles elle a subi des abus. L'administration pénitentiaire a ajouté que les conditions de détention en cellule d'isolement étaient meilleures que dans une cellule partagée. Nadejda Tolokonnikova a dit à son avocat qu'il y régnait un froid glacial, qu'elle avait uniquement accès à l'eau froide et que l'éclairage était très faible. Elle a également expliqué que le règlement interne lui interdisait de s'asseoir sur son lit pendant la journée.

Nadejda Tolokonnikova et une autre membre de Pussy Riot purgent actuellement une peine de deux ans de prison. Nadejda est incarcérée dans une colonie pénitentiaire à Mordovia, et Maria Alekhina se trouve à Nijni Novgorod. Elles ont été déclarées coupables de « hooliganisme fondé sur la haine religieuse », après que les Pussy Riot aient entonné une chanson contestataire dans la plus grande cathédrale orthodoxe de Moscou en février 2012.

Une troisième membre de Pussy Riot, Ekaterina Samoutsevitch, a bénéficié d'un sursis en appel, après avoir été condamnée à une peine de prison en première instance. Elle a cependant elle aussi passé de nombreux mois en détention tandis qu'elle attendait d'être jugée.

Index AI : PRE01/493/2013
Région ou pays Europe et Asie centrale
Pays Russie
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress