Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

27 juin 2012

Pakistan. Volte-face «particulièrement cruelle» concernant une condamnation à mort

Le Pakistan a annulé sa décision de commuer en réclusion à perpétuité la peine capitale prononcée à l'encontre de Sarabjit Singh. Ce revirement est un terrible coup porté à ce ressortissant indien et à sa famille, a déclaré Amnesty International mercredi 27 juin.

Mardi 26 juin, les autorités avaient annoncé que Sarabjit Singh, derrière les barreaux depuis 20 ans, serait libéré à la suite de la commutation de sa peine.

Cependant, il s'est avéré le lendemain que le détenu concerné était en réalité Surjit Singh, qui a passé plus de 20 ans en prison depuis que la peine capitale prononcée à son encontre a été commuée en réclusion à perpétuité, en 1989.

« La décision d'annuler la commutation de la peine de mort infligée à Sarabjit Singh, qu'elle soit imputable à une erreur ou à un autre facteur, est particulièrement cruelle pour cet homme et les membres de sa famille, qui se réjouissaient déjà de son retour parmi eux, dans l'État indien du Pendjab, a expliqué Catherine Baber, directrice du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

« Nous déplorons vivement que Sarabjit Singh soit toujours sous le coup d'une condamnation à mort alors qu'il a déposé cinq demandes de grâce. 

« Nous nous félicitons évidemment de la libération prochaine de Surjit Singh, autre ressortissant indien. Néanmoins, les autorités ne doivent pas s'arrêter là : il faut qu'elles s'en tiennent à l'annonce faite hier et commuent la peine capitale infligée à Sarabjit Singh, ainsi que celles de toutes les personnes sous le coup d'une condamnation à mort au Pakistan », a-déclaré Catherine Baber.

Behram Khan, ressortissant pakistanais, doit être exécuté à Karachi samedi 30 juin. Il a été condamné à mort le 23 juin 2003 par un tribunal antiterroriste pour le meurtre de l'avocat Mohammad Ashraf.

« L'exécution de Behram Khan, qui serait la première au Pakistan depuis près de quatre ans, ouvrirait la voie à de nouvelles exécutions. Il y a urgence à ce que le président Zardari commue la peine capitale prononcée à l'encontre de cet homme. »

« Amnesty International est opposée en toutes circonstances à la peine capitale, qui constitue le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit. »

Au Pakistan, plus de 8 300 personnes sont actuellement sous le coup d'une condamnation à mort.

« Les autorités pakistanaises et indiennes doivent immédiatement commuer toutes les condamnations à mort et instaurer un moratoire officiel sur les exécutions, première étape vers l'abolition de ce châtiment », a conclu Catherine Baber.

Note aux rédacteurs

Si vous souhaitez obtenir plus d'informations ou organiser un entretien, veuillez contacter Katya Nasim, attachée de presse d'Amnesty International (+ 44 7904 398 103 ou katya.nasim@amnesty.org).

Index AI : PRE01/311/2012
Région ou pays
Pays
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress