Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

8 décembre 2011

Le lauréat du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo et d'autres militants chinois doivent être libérés

La Chine doit libérer le lauréat du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo et les autres personnes emprisonnées en raison de leurs opinions dissidentes, a déclaré Amnesty International jeudi 8 décembre – un an après l'attribution de cette récompense au militant chinois.

Liu Xiaobo est resté en prison depuis qu'il a reçu ce prix en son absence le 10 décembre 2010, tandis que son épouse Liu Xia est illégalement assignée à domicile.

Dans le même temps, d'autres détracteurs des autorités tels que Liu Xianbin, militant chevronné en faveur de la démocratie, ont également été condamnés à de longues peines d'emprisonnement pour avoir exprimés leurs opinions, sur la base de la même fausse accusation d'« incitation à la subversion de l'État ».

« Le sort réservé à Liu Xiaobo et Liu Xia est symptomatique de l'empressement croissant du gouvernement chinois à éradiquer l'opposition par tous les moyens nécessaires, a souligné Catherine Baber, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

« La police et les forces de sécurité, de plus en plus puissantes, agissent en toute impunité lorsqu'elles détiennent des personnes sans aucun contrôle judiciaire, bien souvent en les torturant et en les soumettant à d'autres formes de mauvais traitements. »

En août, le gouvernement chinois a proposé des modifications de la législation relative à la procédure pénale qui étendraient les pouvoirs conférés à la police pour détenir des personnes au secret dans des lieux inconnus.

Liu Xiaobo a été condamné en 2009, à l'issue d'un procès inique, à 11 ans de prison pour « incitation à la subversion de l'État ».

Son épouse, la poétesse et artiste Liu Xia, vit depuis octobre 2010 en isolement forcé à son domicile de Pékin, où toutes les formes de communication, y compris le téléphone et Internet, ont été coupées.

Le militant Liu Xianbin a été condamné en mars 2011 à 10 ans d'emprisonnement en raison de ses activités en faveur de la démocratie, de son soutien au mouvement de la pétition « Charte 08 » et de ses écrits relatifs à la réforme politique. C'est la troisième fois qu'il est condamné à une peine de prison.

« Étant donné que les autorités montrent des signes d'anxiété et d'insécurité croissantes en préparation d'importants changements à la tête de l'État, toute personne risque d'être accusée d'“incitation à la subversion de l'État” pour le simple fait de prôner la démocratie ou d'appeler au respect des droits humains, a ajouté Catherine Baber.

« Les citoyens chinois vivent dans une camisole de force, les autorités emprisonnant ou faisant “disparaître” ceux qui s'expriment en faveur de la réforme politique, de la démocratie et des droits humains, qui critiquent les fonctionnaires corrompus ou qui croient à la “mauvaise” religion. »

Liu Xianbin a publié des articles sur les droits humains et la démocratie et œuvré afin de faire mieux connaître au public la situation d'autres militants persécutés.

Il a soutenu la Charte 08, qui propose une réforme en profondeur sur les plans juridique et politique en Chine, dont Liu Xiaobo est l'un des auteurs.

Liu Xiaobo a été condamné pour ses écrits sur les droits humains et la démocratie, ainsi que pour avoir participé à la rédaction de la Charte 08, cherché à recueillir des signatures et avoir publiée ce texte sur Internet.

Liu Xia a réussi à contacter brièvement un ami en février 2011. On est sans nouvelles d'elle depuis. En mars 2011, les autorités chinoises ont indiqué au Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire, qui enquête sur son cas, qu'« aucune mesure d'application des lois » n'avait été prise à son encontre.

Selon des informations non officielles, Liu Xia et Liu Xiaobo ont été autorisés à se voir deux fois depuis le mois de janvier 2011.

Index AI : PRE01/616/2011
Région ou pays Asie - Pacifique
Pays Chine
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress