Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

12 octobre 2011

Libération de détenus au Myanmar: le gouvernement doit aller plus loin

La libération d'au moins 120 prisonniers politiques au Myanmar mercredi 12 octobre est une première étape minimum et les autorités doivent libérer immédiatement et sans condition tous les autres prisonniers d'opinion, a déclaré Amnesty International.

La majorité des prisonniers politiques maintenus en détention à la suite de cette mesure sont des prisonniers d'opinion.

« La décision de remettre ces prisonniers politiques en liberté est encourageante, mais elle n'est pas conforme aux récentes promesses de réforme politique faites par les autorités au Myanmar », a déclaré Benjamin Zawacki, spécialiste du Myanmar à Amnesty International. « À moins qu'il n'augmente considérablement, ce chiffre représentera un relâchement des efforts de réforme plutôt qu'un courageux pas en avant. »

Depuis la fin 2007, quelque 2 000 personnes ont été incarcérées pour des motifs politiques au Myanmar, la moitié d'entre elles en raison de leur participation pacifique à la « révolution de safran » cette année-là. Parmi les personnes libérées mercredi 12 octobre figure Zaw Htet Ko Ko, membre du groupe Étudiants de la génération 88, qui avait pris part aux manifestations en question. En septembre 2009, 127 prisonniers politiques ont été libérés à la faveur d'une grâce.

« La grâce qui vient d'être octroyée ne différencie pas le nouveau gouvernement du Myanmar du précédent gouvernement militaire », a ajouté Benjamin Zawacki. « Si les autorités du Myanmar souhaitent réellement faire la preuve de leur engagement en faveur de la réforme, ceci ne doit être qu'une première étape vers la libération rapide de l'ensemble des prisonniers politiques. »

Amnesty International a fait remarquer que si les autorités ont des raisons de croire que les prisonniers politiques ont commis une infraction reconnue par le droit international, elles doivent les faire bénéficier d'un procès équitable et public sans plus tarder. Dans le cas contraire, elles doivent les libérer sans condition dans les meilleurs délais.

« Elles ne doivent pas les juger pour des motifs fallacieux ni les maintenir en détention pour une durée indéterminée », a poursuivi Benjamin Zawacki.

Au Myanmar, les prisonniers politiques sont régulièrement inculpés en vertu de lois à la formulation vague - pour la plupart en relation avec la sécurité ou l'ordre public -, ce qui permet aux autorités d'en faire une interprétation très large.

Les conditions de détention au Myanmar sont loin de respecter de nombreuses normes internationales en la matière. La nourriture, l'eau et les soins médicaux y sont insuffisants ; de nombreux prisonniers politiques sont incarcérés loin des leurs et la plupart sont soumis à la torture et à d'autres formes de mauvais traitements, notamment au maintien à l'isolement pendant de longues périodes.

« La libération de quelques prisonniers politiques est une mesure positive, mais la réforme du système de justice et des services de sécurité répressifs du Myanmar n'a que trop tardé », a estimé Benjamin Zawacki

Amnesty International a demandé aux autorités du Myanmar de continuer dans le sens de la libération de prisonniers de mercredi 12 octobre en mettant fin à la répression du militantisme politique.

« Un grand nombre des prisonniers qui viennent d'être remis en liberté vont sans doute reprendre leur activité politique. Il ne faut pas qu'ils soient de nouveau incarcérés pour avoir exercé leurs droits fondamentaux », a ajouté Benjamin Zawacki.

Par le passé, de nombreux prisonniers politiques ont été de nouveau arrêtés peu après avoir été libérés. Aung San Suu Kyi, chef de file de l'opposition politique au Myanmar, a été remise en liberté en novembre 2010 une fois levée sa peine de résidence surveillée, après avoir passé 15 des 21 années précédentes incarcérée ; elle avait été placée en détention et libérée à trois reprises.

Dans sa déclaration du 27 septembre 2011 à l'Assemblée générale des Nations unies, U Wunna Maung Lwin, le ministre des Affaires étrangères du Myanmar, a affirmé que les « mesures prises par le Myanmar sont concrètes, visibles et irréversibles ».

« Le Myanmar doit non seulement respecter cette affirmation, mais également améliorer son bilan en matière de droits humains, notamment en cessant de porter systématiquement atteinte aux droits fondamentaux des civils issus des minorités ethniques », a poursuivi Benjamin Zawacki.

« Si les autorités sont vraiment sérieuses lorsqu'elles affirment vouloir mener une réforme politique au Myanmar, il est indispensable qu'elles mettent fin aux crimes contre l'humanité commis contre la population. »

Amnesty International a continué à demander qu'une commission d'enquête internationale soit chargée de faire la lumière sur de graves crimes de droit international perpétrés au Myanmar.

Complément d'information
En janvier 2011, devant le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, les autorités du Myanmar ont nié maintenir en détention des prisonniers politiques, affirmant que toutes les personnes incarcérées étaient des délinquants. En août 2011, le ministre de l'Intérieur du Myanmar, le lieutenant-général Ko Ko, aurait déclaré au rapporteur spécial des Nations-unies sur la situation des droits de l'homme au Myanmar que « plus de 100 détenus » considérés comme des prisonniers d'opinion avaient commis des infractions pénales.

Parmi les autres prisonniers d'opinion libérés mercredi 12 octobre figure le comique Zarganar, incarcéré en juin 2008 pour son action humanitaire au lendemain du passage du cyclone Nargis.

Htay Kywe, un prisonnier d'opinion auquel Amnesty International a parlé quelques heures à peine avant qu'il ne soit arrêté en octobre 2007, purge actuellement une peine de 64 ans de prison dans une cellule de 2,4 mètres sur trois à la prison de Buthidaung, à plus de 1 000 kilomètres de son domicile à Yangon. Il a été torturé en prison. On ne sait pas encore s'il fait partie des détenus libérés mercredi 12 octobre.

Index AI : PRE01/522/2011
Région ou pays Asie - Pacifique
Pays Myanmar
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress