Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

2 avril 2012

Mali. Il est urgent de protéger les populations civiles

Les groupes armés touaregs et islamistes qui ont pris les villes de Kidal, Gao et Tombouctou (au nord du Mali) sont tenus de protéger les populations civiles dans les zones sous leur contrôle, a dit Amnesty International aujourd'hui.

À Gao, l'organisation a reçu des informations signalant la présence d'hommes armés qui tirent en l'air et pillent des bâtiments publics et privés, notamment l'hôpital.

Un témoin vivant à Gao a dit à Amnesty International : « Des gens armés entrent dans les maisons et pillent. Ils tirent en l'air et nous sommes terrifiés. On nous a laissés sans défense. »

À Gao, une femme enceinte a dû accoucher dans la rue car des hommes armés étaient en train de piller l'hôpital. Un autre patient de cet hôpital, privé de soins médicaux, est décédé.

« Ces groupes armés qui ont conquis ces villes au cours de ces trois derniers jours doivent veiller à ce que des atteintes aux droits humains ne soient pas commises et lorsque cela est le cas, ils doivent éloigner de leurs rangs toutes les personnes impliquées dans ces actes », a déclaré lundi 2 avril Gaëtan Mootoo, chercheur d'Amnesty International sur l'Afrique de l'Ouest. 

« Il faut mettre à terme aux pillages afin que les populations civiles puissent vivre en sécurité. »

« À Gao, notamment, il y a une atmosphère de terreur et de confusion. Les populations doivent être rassurées et savoir qu'elles ne risquent rien si elles décident de rester ».

À Tombouctou, un jeune homme, qui marchait dans la rue, a été tué hier par une balle perdue.

Alors que le chaos ne cesse de croître, un nombre sans cesse important de personnes fuient leurs maisons.

Un habitant de Kidal a dit à Amnesty International ce matin : « Je tente de fuir la ville avec ma famille mais il y a une liste d'attente à la gare routière. J'espère pouvoir avoir un ticket mercredi ».

Un groupe d'opposition armé touareg, le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), a lancé une insurrection armée dans le nord du pays fin janvier 2012.

Un groupe islamique, Ansar Dine, qui affirme vouloir appliquer la charia au Mali, combat également l'armée malienne.

Depuis le début de cette insurrection, plus de 200 000 personnes ont quitté le nord du Mali dont quelques 100 000 ont trouvé refuge dans les pays voisins (Mauritanie, Niger, Algérie et Burkina Faso).

« Il existe un réel risque de crise humanitaire car les agences humanitaires éprouvent des difficultés à avoir accès aux populations en détresse, a déclaré Gaëtan Mootoo. Cette situation est aggravée par le fait que toute la région du Sahel fait face à une grave crise alimentaire. »

La situation continue d'être instable à Bamako dix jours après le coup d'État militaire qui a renversé le gouvernement du Président Amadou Toumani Touré.

Le dirigeant de la junte militaire s'est engagé à restaurer l'ordre constitutionnel le dimanche 1er avril, quelques heures avant l'ultimatum posé par la Communauté des États d'Afrique de l'ouest (CEDEAO) qui a exigé leur retrait du pouvoir sous peine de sanctions.

Index AI : PRE01/174/2012
Région ou pays Afrique
Pays Mali
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress