Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

21 février 2012

Israël. La décision de libérer un détenu palestinien en avril est «insuffisante»

La décision des autorités israéliennes de libérer un détenu palestinien à la mi-avril est insuffisante, a déclaré Amnesty International alors que des informations indiquaient que cet homme avait accepté de mettre un terme à la grève de la faim qu'il observait depuis 66 jours.

L'organisation a exhorté Israël à libérer Khader Adnan immédiatement pour lui permettre de recevoir les soins médicaux dont il a besoin de toute urgence. Après plus de 10 semaines de grève de la faim, ce boulanger de 33 ans – accusé d'être affilié au mouvement du Djihad islamique – est en danger de mort.

« Un accord aux termes duquel Khader Adnan sera libéré le 17 avril s'il n'apparaît pas de nouveaux éléments significatifs est insuffisant quand cet homme a besoin de soins médicaux urgents pour sauver sa vie maintenant, a souligné Philip Luther, directeur par intérim du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Même si les informations indiquant que Khader Adnan a accepté d'arrêter sa grève de la faim sont vraies, cela ne signifie pas pour autant qu'il est hors de danger ni qu'il a moins besoin de soins médicaux hautement spécialisés.

« Il ne peut pas constituer une “menace pour la sécurité” dans son état actuel et doit être libéré immédiatement. Les autorités israéliennes n'ont révélé aucun élément justifiant son maintien en détention. »

Khader Adnan a été condamné à quatre mois de détention administrative le 10 janvier. Les ordonnances militaires israéliennes autorisent les autorités à détenir indéfiniment des Palestiniens de Cisjordanie (un territoire occupé) sans jugement s'ils sont considérés comme une « menace pour la sécurité ».

La Cour suprême d'Israël devait examiner l'appel de Khader Adnan mardi 21 février, mais cette audience a été annulée à la suite d'un accord, semble-t-il, entre son avocat et les autorités israéliennes.

Des porte-parole de l'Autorité palestinienne et du gouvernement israélien ont affirmé que Khader Adnan avait accepté de mettre un terme à sa grève de la faim, une information qu'Amnesty International n'a pas pu vérifier de manière indépendante.

« Amnesty International a appelé à plusieurs reprises les autorités israéliennes à libérer Khader Adnan et les autres Palestiniens maintenus en détention administrative, à moins qu'ils ne soient rapidement inculpés d'une infraction reconnue par le droit international et jugés dans le respect des normes internationales d'équité des procès », a ajouté Philip Luther.

Khader Adnan a été arrêté le 17 décembre 2011 chez lui dans le village d'Arrabe, près de Jénine, en Cisjordanie occupée, après que les forces de sécurité israéliennes eurent fait irruption à son domicile très tôt ce matin-là.

Il a entamé sa grève de la faim prolongée pour protester contre les mauvais traitements qui lui ont été infligés, ses conditions de détention et la pratique de la détention administrative.

Amnesty International a engagé Israël à cesser d'avoir recours à la détention administrative car celle-ci constitue une violation du droit à un procès équitable, reconnu à l'échelon international, qui doit être respecté pour tous les détenus, y compris lorsque l'état d'urgence est proclamé.

Khader Adnan est hospitalisé depuis le 30 décembre à la suite d'une dégradation de son état de santé. Il est actuellement détenu à l'hôpital Ziv à Safed, dans le nord d'Israël, sous la surveillance de gardes armés.

Le 19 février, selon les informations fournies par des médecins de la section israélienne de l'ONG Physicians for Human Rights (Médecins pour les droits humains), il était toujours enchaîné à son lit d'hôpital, bien que le service pénitentiaire d'Israël ait promis que ses entraves seraient retirées.

Quelque 309 Palestiniens, dont plus de 20 membres du Conseil législatif palestinien, sont actuellement en détention administrative. L'un d'entre eux est maintenu en détention depuis plus de cinq ans.

Index AI : PRE01/095/2012
Région ou pays Moyen-Orient et Afrique du Nord
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress