Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde
Voir cet article dans d’autres langues:

Communiqués de presse

5 octobre 2010

Fidji. Les droits à la liberté d'expression et de réunion d'un ancien Premier ministre bafoués

Le 5 octobre, Amnesty International a exhorté le gouvernement fidjien à abandonner les charges retenues au titre de la règlementation d'urgence contre un ancien Premier ministre du pays, après qu'il eut été accusé de n'avoir pas demandé l'autorisation d'organiser une réunion publique.

Mahendra Chaudhry, qui est par ailleurs l'actuel secrétaire général de la Fédération nationale des paysans, a été appréhendé le 1er octobre 2010 avec cinq de ses collègues à Rakiraki, une ville située dans l'ouest de la principale île de l'archipel. Lorsqu'il a été arrêté, il parlait à un groupe de paysans rassemblés devant le logement de l'un de ceux-ci.

« L'arrestation de Mahendra Chaudhry n'est que l'exemple le plus récent et le plus visible de la manière dont la règlementation d'urgence est utilisée pour porter atteinte aux droits fondamentaux des Fidjiens, a déploré Donna Guest, directrice adjointe du programme Asie d'Amnesty International. Le recours persistant du gouvernement à cette règlementation a clairement pour but de dissuader les Fidjiens de s'exprimer et de se réunir librement. »

Aux termes de la règlementation d'urgence, il convient d'obtenir l'autorisation préalable du gouvernement afin d'organiser des rassemblements publics réunissant au moins trois personnes. La règlementation accorde par ailleurs aux autorités des pouvoirs étendus, les habilitant à arrêter, condamner à une amende et emprisonner les personnes critiquant le gouvernement. Elle exonère en outre les représentants du gouvernement de toute responsabilité pénale ou civile.

Mahendra Chaudhry a été présenté devant un tribunal le 4 octobre, puis libéré sous caution. Il doit de nouveau comparaître le 6 octobre.

Depuis sa promulgation en avril 2009, la règlementation a été invoquée dans le but de placer en détention pour de courtes périodes des dizaines de personnes au seul motif que celles-ci avaient exercé leurs droits à la liberté d'expression et de réunion de manière pourtant pacifique.

Des journalistes, des politiciens de l'opposition et des détracteurs du gouvernement subissent des menaces, des manœuvres d'intimidation et des violences de la part des forces de sécurité depuis l'abrogation de la constitution du pays et l'instauration de l'état d'urgence, en avril 2009.

La règlementation d'urgence est utilisée afin de priver les Fidjiens de leur droit à faire librement état en public de leurs opinions concernant les questions ayant un impact sur leur vie, ajoute Amnesty International.

Ceux dont la position est interprétée comme étant hostile au gouvernement sont traités durement par les autorités.

« L'arrestation de Mahendra Chaudhry et son inculpation en vertu de la règlementation d'urgence constituent une atteinte à ses droits à la liberté d'expression et de réunion pacifique, et sont représentatives des violations des droits fondamentaux que continuent à subir les citoyens fidjiens, a poursuivi Donna Guest. La règlementation d'urgence doit immédiatement être abrogée. »

Index AI : PRE01/333/2010
Région ou pays Asie - Pacifique
Pays Fidji
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress