Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

29 février 2012

Craintes pour la sécurité de neuf personnes renvoyées en Corée du Nord par les autorités chinoises

Les autorités chinoises doivent cesser de renvoyer de force les Nord-Coréens qui traversent la frontière avec la Chine pour se rendre en Corée du Sud, a déclaré Amnesty International après avoir appris le retour forcé de neuf personnes.

Au moins 40 Nord-Coréens interpellés alors qu'ils transitaient par la Chine seraient actuellement détenus dans des centres de détention situés dans le nord-est du pays, près de la frontière avec la Corée du Nord. Si ces personnes sont renvoyées dans leur pays, elles risquent fortement de subir des actes de torture et autres mauvais traitements, d'être soumises au travail forcé, d'être emprisonnées dans des camps pour prisonniers politiques, voire d'être exécutées.

En janvier, les autorités nord-coréennes auraient condamné les personnes passant en Chine illégalement et les auraient menacées de sanctions sévères à leur retour.

« Les déclarations présumées du nouveau gouvernement nord-coréen condamnant les personnes qui traversent la frontière, alors que le pouvoir se trouve dans une phase de transition, pourraient annoncer un durcissement des sanctions appliquées contre celles qui seront renvoyées dans le pays », a déclaré Rajiv Narayan, spécialiste de la Corée du Nord pour Amnesty International.

« Les autorités nord-coréennes doivent veiller à ce que nul ne soit détenu ou poursuivi en justice pour être passé en Chine, ni soumis à des violations flagrantes de ses droits fondamentaux à son retour.

« Les autorités chinoises doivent, quant à elles, cesser d'aller à l'encontre du droit international et de renvoyer de force des personnes dans un pays où elles risquent d'être persécutées, torturées, voire exécutées. »

Le pouvoir est actuellement en phase de transition en Corée du Nord après le décès de Kim Jong-il, à qui son fils, Kim Jong-un, a succédé en décembre 2011.

Certaines des personnes renvoyées de force en Corée du Nord risquent d'être placées en détention dans l'un des camps pour prisonniers politiques du pays, comme celui de Yodok, où les détenus, soumis au travail forcé, effectuent jusqu'à 12 heures par jour des tâches extrêmement pénibles.

En 2011, d'anciens détenus du camp de Yodok ont expliqué à Amnesty International que les prisonniers sont contraints de travailler dans des conditions proches de l'esclavage et sont fréquemment soumis à la torture et à d'autres traitements cruels, inhumains et dégradants. Tous les anciens détenus interrogés avaient assisté à des exécutions publiques.

Les Nord-Coréens ne peuvent pas se rendre à l'étranger sans autorisation de l'État, ce qui rend pratiquement impossible pour eux toute sortie du pays.

Pourtant, chaque année, des milliers d'entre eux gagnent illégalement la Chine en dépit des risques importants qu'ils courent.

En effet, les autorités chinoises considèrent tous les Nord-Coréens sans papiers comme des migrants économiques et les renvoient de force dans leur pays lorsqu'elles les appréhendent.

Bien que la Chine soit partie à la Convention des Nations unies relative au statut des réfugiés, elle a empêché le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) de s'entretenir avec des Nord-Coréens se trouvant sur son territoire.

Le droit international interdit tout retour forcé, direct ou indirect, vers un pays où la personne concernée risque d'être victime de persécutions, de torture ou d'autres mauvais traitements, voire d'être tuée.

Les autorités nord-coréennes refusent de reconnaître le rôle des observateurs internationaux des droits humains et de les laisser entrer sur le territoire, y compris les délégués d'Amnesty International et le rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l'homme en Corée du Nord.

Complément d'information

Amnesty International demande à la Chine de ne pas expulser un groupe de Nord-Coréens, 14 février 2011
http://www.amnesty.org/fr/for-media/press-releases/china-urged-avoid-forced-repatriation-north-korean-defectors-2012-02-14

La mort de Kim Jong-il pourrait constituer une bonne occasion pour les droits humains, 19 décembre 2012
http://www.amnesty.org/fr/for-media/press-releases/north-korea-kim-jong-il-s-death-could-be-opportunity-human-rights-2011-12-1

Index AI : PRE01/111/2012
Région ou pays Asie - Pacifique
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress