Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

24 mars 2009

Peine de mort. 2 390 exécutions dans le monde en 2008, dont 72 pour cent en Chine

Amnesty International a révélé ce mardi 24 mars 2009 que l'Asie avait exécuté plus de prisonniers que toute autre région du globe en 2008, la Chine ayant procédé à un plus grand nombre d'exécutions que tous les autres pays du monde réunis. En revanche, en Europe, seule la Biélorussie continue de recourir à la peine de mort.

« La peine capitale est le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit. Les décapitations, les électrocutions, les pendaisons, les injections létales, les pelotons d'exécution et les lapidations n'ont pas leur place au XXIe siècle », a déclaré Irene Khan, secrétaire générale d'Amnesty International.

Tour d'horizon de la peine de mort dans le monde, le rapport de l'organisation intitulé Condamnations à mort et exécutions recensées en 2008 révèle qu'entre janvier et décembre 2008 pas moins de 2 390 personnes ont été exécutées dans 25 pays et au moins 8 864 condamnées à mort dans 52 États.

Amnesty International s'intéresse également aux pays ayant imposé des condamnations à mort au terme de procès iniques, tels que l'Afghanistan, l'Arabie saoudite, l'Iran, l'Irak, le Nigeria, le Soudan et le Yémen. Son rapport évoque l'application trop souvent discriminatoire de la peine de mort en 2008, qui a touché de manière disproportionnée les plus démunis, les minorités et les membres de certains groupes raciaux, ethniques et religieux, dans des pays tels que l'Arabie saoudite, les États-Unis, l'Iran et le Soudan. En outre, le risque d'exécuter des innocents demeure, ce qu'a illustré la libération de quatre condamnés à mort aux États-Unis, sortis du couloir de la mort après avoir été innocentés.

De nombreux condamnés à mort se morfondent derrière les barreaux dans des conditions éprouvantes, endurant de grandes souffrances psychologiques. Au Japon, par exemple, les condamnés ne sont avertis de leur pendaison que le matin même et leurs familles en sont informées une fois leur proche exécuté.

« Loin d'être une simple disposition, la peine capitale est un processus légalisé de terreur physique et psychologique qui aboutit à la mise à mort des prisonniers par l'État. Il faut y mettre un terme », a indiqué Irene Khan.

Le monde dans son ensemble fait un nouveau pas en avant vers l'abolition de la peine de mort : seuls 25 des 59 États qui maintiennent ce châtiment auraient en fait procédé à des exécutions en 2008. Toutefois, Amnesty International a rappelé que, malgré cette évolution, des centaines de condamnations à mort sont prononcées de par le monde.

Par ailleurs, ces avancées ont été ternies en 2008 par des pays comme Saint-Kitts-et-Nevis, qui a procédé à la première exécution depuis 2003 aux Amériques, les États-Unis mis à part, et le Liberia, qui a rétabli la peine de mort pour les crimes de vol qualifié, terrorisme et détournement d'avion.

« La bonne nouvelle, c'est que seul un petit nombre de pays procède à des exécutions, signe que nous progressons vers un monde sans peine de mort, a affirmé Irene Khan. En revanche, la mauvaise est que des centaines de personnes continuent d'être condamnées à mort et de souffrir dans nombre de pays qui n'ont pas encore officiellement aboli la peine capitale. »

Récapitulatif par région :
  • La majorité des exécutions en 2008 a eu lieu en Asie, où 11 États maintiennent la peine de mort : l'Afghanistan, le Bangladesh, la Chine, la Corée du Nord, l'Indonésie, le Japon, la Malaisie, la Mongolie, le Pakistan, Singapour et le Viêt-Nam. La Chine à elle seule était responsable de près des trois quarts des exécutions dans le monde : elle a exécuté au moins 1 718 prisonniers. Tout porte à croire que ce chiffre est bien en deçà de la réalité, les statistiques sur les condamnations à mort et les exécutions étant classées secrets d'État.
  • La région Moyen-Orient et Afrique du Nord se plaçait au deuxième rang s'agissant du nombre d'exécutions, qui s'élevait à 508. En Iran, la lapidation et la pendaison comptaient parmi les méthodes cruelles et inhumaines utilisées pour mettre à mort au moins 346 personnes, dont huit mineurs délinquants. En Arabie saoudite, au moins 102 personnes ont été exécutées. Les condamnés à mort sont généralement décapités en place publique puis, parfois, crucifiés.
  • Sur le continent américain, seuls les États-Unis procèdent régulièrement à des mises à mort, avec 37 prisonniers exécutés en 2008, le Texas étant l'État qui en exécute le plus grand nombre. La libération de quatre hommes sortis du couloir de la mort aux États-Unis après avoir été innocentés porte à plus de 120 le nombre de cas similaires depuis 1975. Le seul autre pays des Amériques à avoir procédé à une exécution en 2008 était Saint-Kitts-et-Nevis, le premier État des Caraïbes à appliquer la peine de mort depuis 2003.
  • L'Europe est presque devenue une région sans peine de mort, à l'exception de la Biélorussie, où la peine capitale est entourée du plus grand secret. Les condamnés sont exécutés d'une balle dans la nuque. Les proches ne sont pas officiellement informés de la date de l'exécution, ni du lieu où le corps est inhumé. Cet ancien pays de l'Union soviétique a procédé à quatre exécutions en 2008 et demeure le seul État européen à conserver ce châtiment.
  • Seules deux exécutions ont été officiellement signalées en Afrique subsaharienne en 2008, même si au moins 362 personnes ont été condamnées à mort. En outre, un recul a été observé en 2008 au Liberia, où la peine de mort a été rétablie pour les crimes de vol qualifié, terrorisme et détournement d'avion.
Le rapport d'Amnesty International intitulé Condamnations à mort et exécutions recensées en 2008 disponible dès le 24 mars 2009 à 00h01 TU sur le site de l'organisation (www.amnesty.org).

Vous pourrez également consulter plusieurs études de cas de personnes exécutées au cours de l'année 2008 ou se trouvant actuellement dans l'antichambre de la mort.

La secrétaire générale d'Amnesty International Irene Khan et d'autres experts pourront donner des interviews en arabe, en anglais, en français, en italien et en espagnol.

Le rapport d'Amnesty International intitulé Ending executions in Europe: Towards abolition of the death penalty in Belarus, qui invite les autorités biélorusses à abolir la peine de mort, sera également disponible dès le 24 mars 2009 à 00h01 TU à l'adresse suivante : http://www.amnesty.org/en/library/info/EUR49/001/2009/en.

Pour obtenir plus d'informations ou prendre rendez-vous pour un entretien, veuillez prendre contact avec :
Josefina Salomón, +44 207 413 5562 ou +44 7778 472 116, jsalomon@amnesty.org ;
Tom Mackey, +44 207 413 5810 ou +44 7793 902 348, tom.mackey@amnesty.org.
Région ou pays
Pays
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress