Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

14 mars 2014

Chine. Les autorités ont « du sang sur les mains » après la mort d'une militante

Les autorités chinoises doivent immédiatement s’assurer que les militants en détention reçoivent tous les soins médicaux nécessaires, a déclaré Amnesty International après la mort d’une militante à qui l’on a plusieurs fois refusé des soins.

Vendredi 14 mars, Cao Shunli est morte à 52 ans des suites de troubles médicaux dans un hôpital de Beijing, après cinq mois en détention. Sa famille a plusieurs fois demandé qu’elle reçoive un traitement médical pour de graves problèmes de santé, mais ces demandes ont été rejetées.

« La mort de Cao Shunli montre l’indifférence et l’esprit calculateur des autorités chinoises, qui sont prêtes à tout pour réduire les critiques au silence. Aujourd’hui, les autorités ont du sang sur les mains, » a déclaré Anu Kultalahti, chercheuse sur la Chine à Amnesty International.

« Cao Shunli était une femme courageuse qui est allée jusqu’au bout dans sa lutte pour les droits humains en Chine. Elle n’aurait jamais dû être placée en détention, mais lui refuser le traitement dont elle avait tant besoin relève de la barbarie. »

Ces derniers mois, d’autres militants reconnus se sont vus refuser des soins médicaux, dont Liu Xia, l’épouse de Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel de la paix actuellement emprisonné. Liu Xia, qui est illégalement maintenue en résidence surveillée, s’est vue refuser un traitement pour un grave problème cardiaque. Fin février, elle a enfin été autorisée à recevoir des soins à l’hôpital.

« Il est courant de refuser des soins médicaux aux militants en détention, afin de les affaiblir ou de les punir. Les autorités chinoises doivent immédiatement faire cesser cette pratique illégale et inhumaine, » a déclaré Anu Kultalahti.

Cao Shunli souffrait de tuberculose dans les deux poumons, d’une cirrhose du foie et de fibromes utérins.
La police de Beijing avait arrêté Cao Shunli en septembre dernier, alors qu’elle tentait de se rendre à Genève pour assister à un programme de formation sur les droits humains. Elle était accusée d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public », semble-t-il suite à un sit-in qu’elle avait organisé devant le ministère chinois des Affaires étrangères avec d’autres militants.

Cao Shunli avait mené campagne pour obtenir la participation des militants à la rédaction du rapport national destiné au Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

Région ou pays Asie - Pacifique
Pays Chine
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress