Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

10 octobre 2011

Cambodge. Les Nations unies doivent prendre des mesures pour assurer l'avenir du Tribunal des Khmers rouges

Siegfried Blunk, co-juge d'instruction international des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC), a démissionné, évoquant des déclarations émises par le gouvernement cambodgien et pouvant être perçues comme une tentative d'ingérence dans le travail du tribunal. À cette annonce, Amnesty International a déclaré :

« On a vraiment l'impression que le gouvernement cambodgien a tenté d'influencer, et donc de saper, le travail des CETC. Le gouvernement a en particulier cherché à limiter le nombre de cas traités par le tribunal, devant lequel ne sont traduits qu'une poignée d'individus poursuivis pour la mort de plus d'un million de personnes et pour les déplacements de population, l'utilisation de la torture et les persécutions à très grande échelle », a déclaré Sam Zarifi, directeur du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

« Toute tentative de la part du gouvernement cambodgien d'influencer le travail des CETC porte atteinte à l'ensemble du tribunal et risque ainsi de priver de justice les victimes des Khmers rouges et le peuple cambodgien tout entier. L'ingérence politique compromet également une chance unique pour les CETC de servir de modèle de justice pour les tribunaux nationaux du Cambodge », a déclaré Sam Zarifi.

« Il est essentiel que les Nations unies assurent l'avenir de ce tribunal, en veillant à ce qu'il respecte les normes internationales d'équité des procès en matière d'indépendance et d'impartialité. Les Nations unies doivent réclamer au gouvernement cambodgien des garanties indiquant qu'il n'interférera pas dans les procédures du tribunal et il faut qu'elles fassent clairement savoir que toute tentative pour influencer le travail des CETC obligerait l'ONU à revoir son engagement », a déclaré Sam Zarifi.

Siegfried Blunk est le premier haut responsable à citer publiquement l'ingérence apparente du gouvernement dans le travail du tribunal pour démissionner des CETC.

Index AI : PRE01/517/2011
Région ou pays Asie - Pacifique
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress