Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

27 juin 2012

Cambodge. La libération de 13 femmes est une victoire pour leur communauté

Le 27 juin 2012, la Cour d'appel du Cambodge a décidé de relâcher 13 femmes emprisonnées pour avoir protesté pacifiquement contre une expulsion forcée. Il s'agit d'une victoire pour leur communauté, mais leur déclaration de culpabilité doit maintenant être annulée, a déclaré Amnesty International.

Le 24 mai 2012, le tribunal municipal de Phnom Penh a condamné 13 défenseures des droits humains à deux ans et demi de prison, à l'issue d'un procès inique. Ces personnes ont été interpellées après avoir organisé une manifestation pacifique pour protester contre la destruction de maisons et l'expulsion forcée de milliers de familles vivant autour du lac Boeung Kak, à Phnom Penh, la capitale du Cambodge.

« Nous sommes ravis d'apprendre que ces 13 femmes seront libérées et retrouveront leurs familles et leur entourage, a déclaré Rupert Abbott, spécialiste du Cambodge à Amnesty International.

« Elles n'auraient jamais dû être interpellées ; leur incarcération les a fait souffrir inutilement, ainsi que leurs familles.

« Nous considérons leur libération comme une victoire remportée par la population du lac Boeung Kak. Celle-ci ne s'est pas laissée intimider et a continué de manifester pacifiquement en faveur de la remise en liberté de ces femmes, donnant un exemple stimulant aux autres défenseurs des droits humains au Cambodge.

« Néanmoins, la Cour d'appel du Cambodge aurait dû annuler la déclaration de culpabilité de ces militantes, et pas seulement suspendre le reste de leur sentence. Les charges retenues contre elles n'ont aucun fondement, et le procès en première instance n'a absolument pas respecté les règles d'équité.

« La déclaration de culpabilité de ces 13 femmes doit être annulée, et les charges pesant sur Ly Chanary et Sao Sarouen, les deux militants du lac Boeung Kak libérés sous caution plus tôt ce mois-ci, doivent également être abandonnées.

« Une enquête doit être menée sur les allégations de violences policières commises aujourd'hui à l'encontre de la population du lac Boeung Kak devant la Cour d'appel. »

Notes aux rédacteurs

Pour organiser un entretien ou obtenir plus d'informations, veuillez contacter Katya Nasim à katya.nasim@amnesty.org ou au + 44 7904 398 103.

Index AI : PRE01/309/2012
Région ou pays Asie - Pacifique
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress