Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

14 juin 2013

Brésil. La police doit éviter de recourir de manière excessive à la force

La police brésilienne doit éviter de recourir de manière excessive à la force, a déclaré Amnesty International après que de très nombreuses personnes eurent été blessées et arrêtées à Rio de Janeiro et São Paulo lors de plusieurs manifestations contre la hausse des titres de transport.

Le mouvement a débuté le lundi 10 juin pour protester contre le fait que le prix d'un ticket de bus soit passé le 2 juin de 3 reals à 3,20 reals à São Paulo et de 2,75 reals à 2,95 reals à Rio de Janeiro.

Depuis lors, certains manifestants et des policiers se seraient rendus coupables de violences, et dans la seule journée du jeudi 13 juin 55 personnes ont été blessées, et 250 arrêtées, à São Paulo. La police antiémeute a fait un usage massif du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc contre les manifestants, dont certains s'en sont pris à des biens publics.

« L'intensification de la violence autour de ce mouvement de protestation est extrêmement préoccupante », a déclaré Atila Roque, directeur du bureau d'Amnesty International au Brésil.

Des nombreuses informations ont fait état d'une utilisation aveugle de la violence par la police contre les manifestants.

« Les autorités brésiliennes doivent veiller à ce qu'une enquête exhaustive et impartiale soit menée dans les plus brefs délais sur le recours possible à une force excessive de la part de la police », a déclaré Atila Roque.

Aux termes des obligations internationales du Brésil, la police se doit de maintenir l'ordre tout en protégeant la population civile contre toute violence. Tout usage de la force doit être proportionnel à la menace pesant sur la sécurité publique, comme le prévoit le Code de conduite pour les responsables de l'application des lois [ONU].

« Un recours excessif à la force au-delà de ce que permet la loi doit être traité de manière décisive en déférant à la justice ceux qui sont soupçonnés de s'en être rendus coupables », a conclu Atila Roque.

Index AI : PRE01/288/2013
Région ou pays Amériques
Pays Brésil
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress