Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde
Voir cet article dans d’autres langues:

Communiqués de presse

31 août 2011

Bolivie. D'anciens hauts responsables condamnés pour un massacre

La condamnation, en Bolivie, de sept anciens hauts responsables pour le rôle qu'ils ont joué dans la mort de dizaines de personnes lors de manifestations contre le gouvernement en 2003 est un grand pas pour la justice, a déclaré Amnesty International mercredi 31 août.

Mardi 30 août, la Cour suprême de Bolivie, à Sucre, a condamné cinq anciens officiers militaires de haut rang et deux anciens ministres pour la part qu'ils ont prise dans les événements dits d'« Octobre noir », qui ont fait 67 morts et 400 blessés lors de manifestations qui ont eu lieu à El Alto, près de La Paz, fin 2003.

Lors de ces événements, des soldats ont ouvert le feu sur des foules sans arme durant des manifestations déclenchées par l'opposition pour protester contre un projet de gazoduc devant servir à exporter du gaz naturel à travers le Chili voisin.

« Ces condamnations représentent une victoire importante pour les familles de personnes blessées ou tuées, qui ont attendu près de huit ans que justice soit rendue après les événements tragiques dits d'“Octobre noir” », a déclaré Guadalupe Marengo, directrice adjointe du programme Amériques d'Amnesty International.

Les cinq officiers militaires ont été condamnés à des peines allant de 10 à 15 ans de réclusion et les deux anciens ministres à trois années d'emprisonnement.

L'ancien président Gonzálo Sánchez de Lozada et les ex-ministres Carlos Sánchez Berzaín et Jorge Berindoague ont fui aux États-Unis peu après les violences d'« Octobre noir » et pourraient être extradés. Plusieurs autres anciens ministres et officiers militaires ont quitté le pays quand les chefs d'accusation ont été rendus publics en novembre 2008.

D'importants obstacles ont entravé le bon déroulement de cette affaire, notamment le fait que l'armée n'ait pas révélé certaines informations utiles, ou l'insuffisance des ressources pour permettre à de nombreux témoins et victimes d'être présents aux audiences à Sucre, qui se trouve loin d'El Alto.

« Nous espérons que cette décision va établir un précédent positif pour la poursuite d'une justice durable et impartiale dans d'autres affaires relatives aux droits humains en Bolivie », a déclaré Guadalupe Marengo.

Index AI : PRE01/433/2011
Région ou pays Amériques
Pays Bolivie
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress