Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

20 septembre 2012

Afghanistan. Les coups de fouet infligés à une adolescente illustrent la nécessité de remédier à la violence envers les femmes

Une jeune fille de 16 ans a été flagellée en place publique par un mollah local, dans la province de Ghazni, dans le sud de l'Afghanistan, pour avoir eu une « relation illicite » avec un jeune homme. Cette sentence choquante témoigne de la précarité de la situation des femmes et des jeunes filles dans le pays, a déclaré Amnesty International.

L'adolescente a été condamnée à recevoir 100 coups de fouet le 16 septembre, sentence qui a été mise à exécution dans le cadre d'un jugement rendu par trois mollahs du district de Jaghori, dans la province de Ghazni.

Selon certaines informations, la chambre basse du Parlement afghan, la Wolesi Jirga (Assemblée nationale), a ouvert une enquête sur le traitement cruel et illégal infligé à l'adolescente.

« La flagellation, sur la place publique ou à huis clos, constitue une peine cruelle, inhumaine et dégradante, a indiqué Horia Mosadiq, chercheuse sur l'Afghanistan à Amnesty International.

« Cette sanction, tout simplement scandaleuse, est prohibée par le droit afghan et le droit international. Le fait que la jeune fille concernée n'ait que 16 ans ne fait qu'ajouter à l'horreur.

« La décision du Parlement d'enquêter sur cette affaire est une grande avancée. Les autorités afghanes doivent aller plus loin et veiller à ce que tous les cas non résolus de violences contre les femmes bénéficient de la même attention.

« L'impunité pour les violences envers les femmes est endémique en Afghanistan. Par exemple, les autorités n'ont toujours pas enquêté sur le cas de Najiba, victime d'un homicide illégal dans la province de Parwan au mois de juillet, après avoir été accusée d'adultère, a poursuivi Horia Mosadiq.

« Amnesty International exhorte le gouvernement afghan à faire appliquer sans délai la loi relative à l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Cette loi érige en infraction le mariage forcé, le viol, les coups et toute autre forme de violence infligée aux femmes. Promulguée en août 2009, elle a jusqu'à présent été mise en œuvre de manière sporadique.

« Par ailleurs, cette affaire met en lumière le problème des systèmes judiciaires parallèles et informels qui perdurent dans de nombreuses provinces afghanes, en lieu et place des autorités gouvernementales. Le gouvernement afghan doit faire le point sur ces systèmes parallèles et s'atteler à renforcer le contrôle et l'obligation de rendre des comptes au sein du système judiciaire, dans le cadre d'une politique globale de réforme de la justice pénale. »

Index AI : PRE01/443/2012
Région ou pays Asie - Pacifique
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress