Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

Communiqués de presse

29 avril 2009

États-Unis. Les 100 premiers jours du président Obama en matière de lutte contre le terrorisme - Faits et chiffres

Le président Barack Obama a promulgué trois décrets et un mémorandum le 22 janvier 2009, ordonnant la fermeture du centre américain de détention de Guantánamo dans un délai d’un an, la fin du programme de détentions secrètes de longue durée de la CIA, l’interdiction des techniques d’interrogatoire « renforcé », la révision de la politique de détention et de transfert des prisonniers, et le réexamen du cas d’Ali al Marri, seul « combattant ennemi » détenu sur le territoire américain au moment de l’investiture.

Un détenu de Guantánamo a été libéré depuis l’entrée en fonction du président Barack Obama.

Quelque 240 prisonniers sont toujours incarcérés à Guantánamo.

Aucun détenu de Guantánamo n’a été inculpé d'une quelconque infraction pénale par le nouveau gouvernement. Ali al Marri a été inculpé en vue d’être jugé devant un tribunal fédéral.

On est toujours sans nouvelles de plus d’une trentaine de personnes qui auraient été incarcérées dans le cadre du programme de détention secrète des États-Unis ; on ignore où elles se trouvent et quel sort leur a été réservé.

Plus de 500 hommes sont toujours incarcérés sans inculpation, jugement, ni révision judiciaire de leur détention, à la base aérienne américaine de Bagram, en Afghanistan.

Le ministère de la Justice révèle que la CIA a détruit 92 enregistrements vidéo d’interrogatoires filmés dans le cadre du programme de détention secrète. Ces enregistrements étaient susceptibles de contenir des preuves d’actes de torture et d’autres atteintes aux droits humains.

Les mémorandums publiés par le gouvernement d’Obama révèlent que Khalid Sheikh Mohammed a été soumis au « waterboarding » (simulacre de noyade) à 183 reprises en mars 2003 et Abu Zubaydah à 83 reprises en août 2002, dans le cadre du programme américain de détention secrète.

Personne n’a été déféré à la justice pour les actes de torture et les disparitions forcées – crimes sanctionnés par le droit international – commis dans le cadre du programme de la CIA. Aucune victime d’atteintes aux droits humains n’a bénéficié d’un véritable recours ni de réelles réparations.

Vous pouvez consulter le rapport d’Amnesty International intitulé Mixed messages: Counter terror and human rights President Obama's first 100 days sur le site de l'organisation.

Pour un aperçu des préoccupations plus générales d’Amnesty International en matière de droits humains aux États-Unis, veuillez cliquer sur  www.amnesty.org.

Pour en savoir plus ou organiser un entretien, veuillez prendre contact avec Josefina Salomón, au +44 207 413 5562 ou +44 7778 472 116 (portable), jsalomon@amnesty.org.

Région ou pays Amériques
Pour plus d'informations, prenez contact avec le Bureau de presse international »

Bureau de presse international

Téléphone : +44 (0) 20 7413 5566
9h30 - 17h00 TU lundi - vendredi
Téléphone : +44 (0) 777 847 2126
24 h / 24
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Bureau de presse international
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Royaume-Uni
Suivez le Bureau de presse international sur Twitter
@amnestypress