• Campagnes

Cuba. Une blogueuse interdite de sortie de territoire

, N° d'index: AMR 25/003/2012

Les autorités cubaines ont refusé d'accorder à la blogueuse Yoani Sánchez l'autorisation de se rendre au Brésil pour assister à la projection d'un documentaire sur la liberté d'expression. Amnesty International pense qu'il s'agit là d'une mesure punitive en réponse aux critiques que cette femme a exprimées au sujet des droits civils et politiques à Cuba.

AU 38/12, AMR 25/003/2012 - Cuba 7 février 2012
ACTION URGENTE
CUBA. UNE BLOGUEUSE INTERDITE DE SORTIE DE TERRITOIRE
Les autorités cubaines ont refusé d'accorder à la blogueuse Yoani Sánchez l'autorisation de se rendre au
Brésil pour assister à la projection d'un documentaire sur la liberté d'expression. Amnesty International
pense qu'il s'agit là d'une mesure punitive en réponse aux critiques que cette femme a exprimées au sujet
des droits civils et politiques à Cuba.
Vendredi 3 février, les autorités cubaines ont inforla blogueuse Yoani Sánchez du refus de sa demande de visa
de sortie pour se rendre au Brésil. Celle-ci a été invitée à assister à la projection, le 10 février, d'un documentaire
montrant des entretiens avec des blogueurs honduriens et cubains, dont elle fait partie, portant sur l'expérience de
ces personnes en matière de censure dans leurs pays respectifs.
C'est la 19
e
fois depuis mai 2008 que les autorités cubaines refusent d'autoriser Yoani Sánchez à quitter Cuba. Les
services des migrations et de l'immigration ont rejeté ses demandes bien qu'elle ait présenté à chaque fois un
passeport et un visa valables. Comme à chaque fois, personne ne lui a expliqué pourquoi sa requête a été refusée.
Dans son blog, Generación Y, Yoani Sánchez écrit au sujet de la vie quotidienne à Cuba et des restrictions
auxquelles les Cubains font face lorsqu'il est question de droits civils et politiques. Cette femme appelle à la levée
des restrictions qui pèsent sur les libertés d'expression, d'association, de réunion et de mouvement sur le territoire
cubain et à l'étranger ; elle fait ainsi partie des plus grands détracteurs du gouvernement cubain.
Au cours des dernières années, les autorités cubaines ont refusé d'accorder à des dissidents cubains des visas de
sortie leur permettant de se rendre à l'étranger pour y recevoir un prix des droits humains. Amnesty International
pense que les autorités n'ont pas voulu autoriser Yoani Sánchez à quitter le pays pour la punir d'avoir exprimé de
façon pacifique ses opinions contestataires et pour tenter de la réduire au silence sur la scène internationale.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :
appelez les autorités à accorder un visa de sortie à Yoani Sánchez afin qu'elle puisse librement quitter son pays
et y revenir ;
rappelez-leur que le droit à la liberté de mouvement est universellement reconnu en vertu de l'article 13 de la
Déclaration universelle des droits de l'homme et de l'article 12 du Pacte international relatif aux droits civils et
politiques, auquel Cuba est partie ;
faites part de votre inquiétude concernant les mesures restreignant la liberté de mouvement actuellement
imposées aux Cubains, en particulier les dissidents et les journalistes indépendants, et exhortez les autorités à y
mettre fin.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 20 FÉVRIER 2012 À :
Chef de l'État et du gouvernement
Raúl Castro Ruz
Presidente de la República de Cuba
La Habana, Cuba
Courriel : cuba@un.int (via la Mission de
Cuba auprès de l'ONU)
Fax : +53 7 83 33 085 (via le ministère
des Affaires étrangères)
Formule d'appel : Su Excelencia, /
Monsieur le Président,
Ministre de l'Intérieur
General Abelardo Coloma Ibarra
Ministro del Interior y Prisiones
Ministerio del Interior, Plaza de la
Revolución, La Habana, Cuba
Fax : +537 85 56 621 (appuyez sur
« envoyer » au début du message en
espagnol)
Courriel : correominint@mn.mn.co.cu
Formule d'appel : Su Excelencia, /
Monsieur le Ministre,
Copies à :
Yoani Sánchez
Courriel : yoani.sanchez@gmail.com
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de Cuba dans votre pays (adresse/s à compléter) :
nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
7 février 2012
ACTION URGENTE
CUBA. UNE BLOGUEUSE INTERDITE DE SORTIE DE TERRITOIRE
COMPLÉMENT D'INFORMATIONS
Yoani Sánchez a été invitée à assister à la projection du documentaire Connexion Cuba > Honduras, réalisé par le réalisateur de
documentaires brésilien Dado Galvao. Ce film présente l'histoire de plusieurs blogueurs cubains et honduriens, dont Yoani
Sánchez, qui font face à la censure dans leurs pays respectifs. La projection est prévue pour le vendredi 10 février à Jequié, dans
l'État de Bahia, au Brésil.
Les Cubains qui souhaitent se rendre à l'étranger doivent obtenir un visa de sortie appelé « tarjeta blanca » (carte blanche). Les
démarches administratives sont très compliquées et très coûteuses pour la plupart de la population cubaine. Par ailleurs, le
gouvernement cubain refuse de délivrer, à titre punitif, des visas de sortie aux détracteurs du gouvernement et aux dissidents.
Yoani Sánchez et d'autres personnes critiquant ouvertement les autorités se sont vu refuser ce visa à plusieurs reprises. En
octobre 2009, cette femme s'est vu empêcher de se rendre aux États-Unis pour y recevoir un prix de journalisme international.
On lui a aussi interdit d'aller en Espagne en 2008 pour y récupérer le prix Ortega y Grasset du journalisme numérique. Guillermo
Fariñas, journaliste indépendant, s'est vu remettre le prix Sakharov 2010 de la liberté de pensée, décerné par le parlement
européen, mais il n'a pas pu se rendre à Strasbourg après que les autorités cubaines ont refusé de lui accorder un visa de sortie.
En 2005, des représentants d'un groupe constitué de proches des 75 personnes incarcérées à la suite d'une vague de répression
en mars 2003, les Dames en blanc, n'ont pas été autorisées à se déplacer pour recevoir ce prix. Oswaldo Payá Sardiñas, l'un des
dirigeants du projet Varela, s'est vu attribuer le prix Sakharov en 2002 mais n'a pas été autorisé à se rendre à Strasbourg pour le
recevoir.
Nom : Yoani Sánchez
Genre : femme
AU 38/12, AMR 25/003/2012, 7 février 2012

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?