LES CINQ PAYS AYANT PROCÉDÉ AU PLUS GRAND NOMBRE D’EXÉCUTIONS EN 2011

Your browser does not have the necessary plugin to display this content.

En 2011, la Chine, l’Iran, l’Arabie saoudite, l’Irak et les États-Unis figuraient en tête des États ayant exécuté le plus grand nombre de condamnés dans le monde. Il est à noter que la Chine, l’Iran et les États-Unis ont constamment figuré sur la liste des cinq pays ayant exécuté le plus grand nombre de prisonniers depuis les cinq dernières années. La Chine est responsable, et de loin, du plus grand nombre d’exécutions : on estime qu’elle exécute des milliers de personnes chaque année, c’est-à-dire plus que tous les pays du globe réunis. En 2011, on a enregistré une hausse importante des mises à mort en Iran, en Irak et en Arabie saoudite.



La Chine

L’État a supprimé la peine de mort pour 13 crimes en 2011 ; toutefois, des personnes continuaient d’être exécutées pour des crimes non violents tels que la corruption et le trafic de drogues. Le champ d’application de la peine de mort a même été élargi à d’autres domaines pour inclure de nouveaux crimes, comme le fait de contraindre autrui à faire un don d’organes. Tous les procès en Chine sont fondamentalement entachés d’irrégularités ; les tribunaux s’appuient systématiquement sur des preuves extorquées sous la torture ou d’autres mauvais traitements, tandis que les accusés se voient fréquemment privés du droit de consulter l’avocat de leur choix.

Syed Zahid Hussain Shah, Pakistanais âgé de 36 ans, a été exécuté par injection létale le 21 septembre 2011. Il avait été condamné à mort à Shangai en mars 2010 pour trafic de stupéfiants.

L’Iran
L’Iran était le seul autre pays, hormis la Chine, à avoir exécuté des centaines de personnes en 2011. À l’instar de la Chine, on estime que le nombre réel d’exécutions est largement supérieur, des informations crédibles laissant à penser que les autorités passent sous silence des centaines d’exécutions. Sur les 360 exécutions reconnues par des sources officielles, au moins trois concernaient des condamnés qui étaient adolescents au moment des faits présumés. Or, mettre à mort une personne pour un crime commis alors qu’elle avait moins de 18 ans est strictement interdit par le droit international.

Le 21 septembre, Ali Reza Molla-Soltani, 17 ans, a été pendu en public à 4h44 sur la place Golshahr, dans la ville de Karaj, près de Téhéran. Il avait été condamné à la peine capitale au mois d’août pour avoir poignardé en juillet un athlète connu, surnommé « l’homme le plus fort d’Iran », au cours d’une dispute entre conducteurs. L'adolescent aurait expliqué avoir paniqué et donné des coups de couteau à la victime en état de légitime défense après que celui-ci l'eut attaqué dans l'obscurité.


L’Arabie saoudite
Le nombre total d’exécutions en Arabie saoudite a plus que triplé en 2011. Au moins 82 personnes ont été mises à mort – alors qu’elles étaient 27 en 2010. Au moins l’une d’entre elles a été décrite comme un « mineur » par les autorités. L’Arabie saoudite a été l’un des rares pays à connaître une hausse brutale du recours à la peine de mort, après quatre années de baisse constante. Nombre de condamnés exécutés au cours des dernières années étaient des étrangers, pour la plupart des travailleurs migrants venus de pays en développement d’Afrique et d’Asie. Ils sont touchés de manière disproportionnée par le caractère secret et sommaire des procédures judiciaires.

Le ressortissant soudanais Abdul Hamid bin Hussain bin Moustafa al Fakki a été décapité à Médine le 19 septembre après avoir été déclaré coupable de « sorcellerie ». 


L’Irak

Sur les 68 personnes – au moins – exécutées en 2011, la plupart ont été reconnues coupables d’appartenance à des groupes armés ou de participation à des attaques menées par ces groupes, notamment de meurtre, d’enlèvement, de viol et d’autres crimes violents. Les accusés étaient souvent condamnés à mort à l’issue de procès qui ne duraient que quelques minutes.

Douze membres présumés de groupes d’opposition armés ont été pendus en Irak le 24 novembre 2011. Parmi eux figuraient Firas Hassan Fleih al Juburi, Fadhel Ibrahim al Juburi et Haydar Muteb Abdel Qader. Ces 12 hommes auraient été déclarés coupables en vertu de la législation antiterroriste irakienne et condamnés à mort par un tribunal de Bagdad. Un haut responsable a déclaré que certains d'entre eux avaient perpétré plusieurs meurtres en 2006 dans un village du nord de Bagdad.


Les États-Unis

Les États-Unis étaient le seul pays membre du G8, qui réunit les plus grandes puissances mondiales, à procéder à des exécutions en 2011. Cependant, le soutien déclinant de la population à la peine de mort a contribué à une baisse de son application.

Humberto Leal, Mexicain, a été exécuté au Texas en juillet 2011, en dépit d’un arrêt contraignant rendu par un tribunal international, qui a statué qu’il avait été privé du droit de bénéficier d’une assistance consulaire à la suite de son arrestation.