30 avril 2010
Les démolitions doivent cesser dans les territoires palestiniens occupés

Al Aqaba, petit village situé dans le nord-est de la Cisjordanie occupée, risque de disparaître. Cela fait des années que ses habitants craignent de perdre leurs maisons. Depuis la fin des années 1990, l'armée israélienne a publié 48 ordres de démolition concernant 95 % des maisons et autres bâtiments du village, dont l'école maternelle, le dispensaire, le centre des femmes, la mosquée et la rue que les villageois ont pavée.

L'armée israélienne considère les maisons et la quasi-totalité des constructions du village comme « illicites » du fait qu'elles ont été bâties sans permis. Or, il est pratiquement impossible d'obtenir ces permis dans la mesure où l'armée n'autorise pas les Palestiniens à construire sur leurs terres, que ce soit à Al Aqaba ou dans la majeure partie de la Cisjordanie.

Ce refus d'accorder des permis de construire a contraint des centaines d'habitants, principalement des jeunes couples, à quitter le village car ils ne pouvaient pas bâtir de maison sur leurs terres.

Par ailleurs, le village d'Al Aqaba abritait auparavant une base militaire israélienne qui s'en servait de terrain d'entraînement en raison, semble-t-il, de sa topographie proche de celle du sud du Liban, qui a été occupé par Israël entre 1982 et 2000. En 2003, après que les villageois ont saisi la Haute Cour de Justice d'Israël, les militaires ont retiré leur base mais en ont conservé d'autres dans les environs. Il y a encore dans les environs du village des munitions non explosées, ce qui menace la sécurité et la vie des habitants.

Les autorités israéliennes empêchent les Palestiniens de bâtir et de valoriser leurs terres sur environ 60% du territoire occupé en Cisjordanie, zone dénommée « zone C » dans les accords d'Oslo de 1993-1995 ayant conduit à l'établissement de l'Autorité palestinienne. En 1999, un porte-parole de l'armée israélienne avait déclaré aux représentants d'Amnesty International : « Nous avons pour politique de ne pas approuver les constructions dans la zone C. » Plus de 94% des demandes de permis de construire déposées par des Palestiniens dans la zone C entre 2000 et septembre 2007 ont été refusées. En parallèle, les autorités israéliennes ont continué à construire et à développer les colonies israéliennes dans cette même zone, au mépris du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et d'autres instances des Nations unies.

Depuis qu'Israël a commencé à occuper la Cisjordanie en 1967, plus de 150 colonies ont été établies sur ce territoire, y compris à Jérusalem-Est. La création de ces colonies viole la Quatrième Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, ainsi que la Convention de La Haye concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre.

Passez à l'action en signant et envoyant la lettre ci-dessous au ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, responsable de la politique militaire générale dans les territoires palestiniens occupés.

1435
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expired
Appel à l'action
663,056
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous