16 septembre 2010
Le Sénégal doit cesser de repousser le procès d'Hissène Habré

Dix ans après qu'un juge sénégalais a inculpé l'ancien président tchadien Hissène Habré de torture et de crimes contre l'humanité, celui-ci continue d'échapper à son procès au Sénégal.

Plusieurs milliers de Tchadiens ont été victimes d'homicides illégaux et de torture systématique entre 1982 et 1990, lorsque Hissène Habré était président du Tchad. Depuis 20 ans, des victimes et leurs familles militent pour obtenir justice.

En mai 2006, le Comité des Nations unies contre la torture a conclu que le Sénégal avait violé la Convention contre la torture en ne respectant pas son obligation de traduire Hissène Habré devant ses tribunaux ou de l'extrader vers un autre pays disposé à le faire.

Le gouvernement du Sénégal a refusé de l'extrader vers la Belgique, où des poursuites ont également été engagées contre lui.

La même année, l'Union africaine a appelé les autorités sénégalaises à juger Hissène Habré « au nom de l'Afrique ». Quatre ans après, elles n'ont toujours pas entamé de procédure le concernant.

Chaque mois qui passe, des victimes ou leurs proches meurent sans avoir pu voir Hissène Habré répondre des accusations retenues contre lui.

Les victimes ne devraient pas avoir à attendre plus longtemps. Le Sénégal doit déférer Hissène Habré à la justice immédiatement.

Photo : une manifestation de victimes de la répression politique sous le régime d'Hissène Habré (N'Djamena, Tchad, novembre 2005).© Stephanie Hancock

940
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expiredCette action est fermée. Merci pour votre soutien
663,219
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous