11 mai 2010
Il faut libérer les réalisateurs iraniens

Le réalisateur iranien Jafar Panahi, détenu par les autorités iraniennes, se voit privé de la possibilité de se rendre au Festival du film de Cannes.

Le cinéaste primé pour son travail a été arrêté le 1er mars par des policiers en civil qui sont entrés par effraction à son domicile. Il est depuis lors incarcéré à la prison Evin de Téhéran.

Selon les autorités iraniennes, Jafar Panahi est maintenu en détention parce qu'il a tourné un film hostile au gouvernement, portant sur les résultats contestés de l'élection présidentielle de 2009.

Un autre cinéaste iranien, Mohammad Ali Shirzadi, est détenu dans cette même prison depuis le 4 janvier 2010, semble-t-il parce qu'il a filmé un entretien entre un défenseur des droits humains et le haut dignitaire religieux dissident, l'ayatollah Montazeri.

Amnesty International les considère tous deux comme des prisonniers d'opinion. L'organisation exhorte le responsable du pouvoir judiciaire de Téhéran à les libérer immédiatement et sans condition.

1199
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expired
663,210
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous