22 janvier 2012
Il faut mettre fin aux procès iniques des tribunaux militaires en Égypte

Soulèvement en Égypte : Maspero, au dernier jour du régime de Hosni Moubarak. © Omar Robert Hamilton



Les tribunaux militaires ont envoyé en prison des milliers de citoyens égyptiens depuis la « révolution du 25 janvier ». Les procès ayant conduit à ces incarcérations ne respectent pas les normes les plus élémentaires d'équité des procès telles que l'accès à de réelles voies de recours.

En janvier 2012, le conseil militaire au pouvoir a annoncé qu'il avait libéré 2 000 prisonniers condamnés par les tribunaux militaires. Cependant, d'autres sont encore détenus et attendent toujours justice.

Parmi les prisonniers qui ont été libérés figure le blogueur Maikel Nabil Sanad. Il avait été incarcéré en avril 2011 pour avoir critiqué l'armée. Il a déclaré à Amnesty International qu'il avait « rêvé pendant les 10 derniers mois du jour où [il] pourrai[t] de nouveau retrouver [s]es amis sur [la place] Tahrir ».

Parmi les personnes toujours incarcérées nombreuses sont celles qui attendent d'être de nouveau jugées après avoir interjeté appel de leur condamnation, ou qui sont trop pauvres pour pouvoir former un recours ou bien encore qui ne savent tout simplement pas qu'elles peuvent faire appel. La procédure d'appel est injuste et porte uniquement sur la légalité de la condamnation et non sur les faits en cause. Les normes internationales ne sont pas respectées, et les appels sont examinés par une juridiction militaire.

Les tribunaux militaires ont brisé la vie de nombreuses personnes. Amr Abdallah Al-Beheiry a été jugé de manière inique en mars 2011 pour avoir pris part à une manifestation. Il a été remis en liberté après avoir été rejugé en février 2012 mais son frère a indiqué à Amnesty International qu'il avait « perdu son travail et que sa vie a[vait] été détruite simplement parce qu'il a[vait] manifesté pour défendre son pays ».

Les tribunaux militaires ne rendent pas justice. Il est temps de mettre fin à leurs pratiques une bonne fois pour toutes.

PASSEZ À L'ACTION
Demandez au Conseil suprême des forces armées de mettre fin aux procès militaires de civils.


Maréchal Mohammed Tantawi,
Je demande au CSFA d'en finir avec les procès militaires de civils et l'engage à :

  • cesser de juger des civils devant des tribunaux militaires ;
  • libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues uniquement pour avoir critiqué l'armée ou exercé sans violence leurs droits à la liberté d'expression et de réunion ;
  • libérer les prisonniers appelés à comparaître devant des tribunaux militaires ou transférer les affaires en cours devant des tribunaux civils aux fins d'un nouveau procès, conforme aux normes internationales d'équité et sans que la peine de mort ne soit requise ;
  • ordonner que les personnes déjà déclarées coupables par des tribunaux militaires soient rejugées équitablement ou libérées.
1982
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expired
663,108
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous