27 octobre 2009
Turquie : des réfugiés privés de protection sont détenus illégalement

La Cour européenne des droits de l'homme, à Strasbourg, en France.Chaque année, des milliers de personnes qui tentent d'échapper aux persécutions dont elles sont victimes dans des pays tels que l'Afghanistan, l'Irak ou l'Iran vont chercher refuge en Turquie. Un grand nombre d'entre elles sont alors arrêtées par les forces de sécurité turques, détenues puis expulsées, souvent en-dehors de toute procédure légale.

Bien qu'elle soit partie à la Convention relative au statut des réfugiés, la Turquie refuse d'accepter des réfugiés en provenance de pays non-européens. Cependant, en tant que membre du Conseil de l'Europe la Turquie est partie à la Convention européenne des droits de l'homme, qui protège les droits de toutes les personnes relevant de sa juridiction, quel que soit leur pays d'origine.

Le 22 septembre, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé que Mohsen Abdolkhani et Hamid Karimnia, deux réfugiés iraniens, avaient été détenus illégalement en Turquie. À la suite de cette décision, les deux hommes ont été remis en liberté le 23 octobre.

Cependant, de très nombreuses autres personnes restent maintenues en détention en vertu de dispositions de la législation turque déclarées illégales par la Cour européenne des droits de l'homme.

Amnesty International a appelé à la libération de toutes les personnes détenues en vertu de dispositions jugées illégales par la Cour européenne des droits de l'homme. L'organisation a également demandé une réforme des règles régissant la détention des personnes placées dans des centres d'hébergement pour étrangers, afin d'empêcher toute détention illégale à l'avenir.

604
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expired
663,219
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous