08 mars 2011
Agissez maintenant en faveur des dirigeants iraniens de l'opposition et de leurs épouses qui ont « disparu »

On ignore toujours ce qu'il est advenu des dirigeants de l'opposition Mir Hossein Mousavi, ancien Premier ministre, et Mehdi Karroubi, ancien président du Parlement iranien (à gauche et à droite respectivement sur la photo), et de leurs épouses respectives Zahra Rahnavard et Fatemeh Karroubi.

Ces deux dirigeants étaient candidats à l'élection présidentielle controversée de juin 2009. Depuis les protestations ayant suivi l'annonce inattendue de la victoire du président sortant Mahmoud Ahmadinejad, ils ont continué à exprimer des critiques quant à l'attitude du gouvernement et condamné les violations des droits humains commises par les forces de sécurité.

Zahra Rahnavard, ancienne présidente de l'université Al Zahra de Téhéran, et Fatemeh Karroubi, ancienne vice-ministre des Affaires sociales sous la présidence de Mohammad Khatami, ont toutes deux mené campagne en faveur de leurs époux en 2009 et dénoncé les atteintes aux droits humains, dont les attaques visant leurs familles et d'autres personnes.

Le 5 février, les deux hommes avaient adressé une lettre ouverte au ministère iranien de l'Intérieur demandant la permission d'organiser un rassemblement le 14 février pour soutenir les peuples d'Égypte et de Tunisie. Les autorités n'ont pas donné leur aval à cette manifestation.

Au regard des attaques dont ils ont été la cible dans les médias officiels et des restrictions croissantes imposées à leurs déplacements, les deux couples semblent avoir été victimes de disparitions forcées.

Selon des sources proches de Mir Hossein Mousavi et Zahra Rahnavard, même leurs trois filles ne savent pas où ils se trouvent, toute communication avec eux ayant été coupée dans la nuit du 13 février.

L'un des fils de Mehdi Karroubi a raconté ce qui, selon un voisin de ses parents, s'est passé le 24 février: « À minuit […] huit camionnettes appartenant aux forces de sécurité sont apparues […] là où se trouve la maison des Karroubi. Quelques minutes après, ils sont partis dans une voiture […]. Après leur départ, les lieux ont été complètement évacués et les lumières conduisant à la résidence ont été éteintes. »

On ignore toujours où se trouvent les deux couples : les autorités ont rejeté les demandes des membres des deux familles qui souhaitaient les voir. Ils pourraient être détenus dans une « cache », sur laquelle le pouvoir judiciaire n'a aucun contrôle, appartenant aux pasdaran (gardiens de la révolution islamique), qui font partie des forces armées iraniennes placées sous l'autorité du Guide spirituel.

Les autorités iraniennes n'ont pas reconnu détenir les deux couples, niant les informations selon lesquelles ils seraient retenus dans la prison de Heshmatiyeh, à Téhéran, et déclarant qu'ils se trouvaient toujours chez eux. Cependant, le 28 février, le procureur de la République a annoncé lors d'une conférence de presse que les mouvements et les communications d'un « courant antirévolutionnaire interne » avaient été bloqués « dans un premier temps ».

Amnesty International invite les autorités iraniennes à révéler immédiatement ce qu'il est advenu de Mir Hossein Mousavi et de son épouse Zahra Rahnavard, de Mehdi Karroubi et de son épouse Fatemeh Karroubi, et à veiller à ce qu'ils ne soient pas maintenus en détention arbitraire. S'ils le sont, ils doivent être autorisés à recevoir la visite de leurs proches, à consulter les avocats de leur choix et à recevoir les soins médicaux dont ils ont besoin. Les deux couples doivent être inculpés sans délai d'infractions reconnues par la loi ou remis en liberté.

712
appels envoyés

Passez à l'action

Appel à l'action

Passez à l'action

Révélez où se trouvent les dirigeants de l'opposition

Votre Excellence,

Je vous écris afin de vous faire part de mon inquiétude quant à Mir Hossein Mousavi, Mehdi Karroubi, Zahra Rahnavard et Fatemeh Karroubi, qui seraient détenus dans des conditions s'apparentant à une disparition forcée, en violation du droit international.

Révéler où se trouvent des détenus et leur permettre d'entrer en contact avec leurs familles et leurs avocats, sont des garanties essentielles pour assurer leur sécurité.

Je vous exhorte à faire en sorte que le lieu où ils se trouvent soit dévoilé sans délai et qu'ils soient autorisés à consulter un avocat de leur choix, à bénéficier de soins médicaux et à communiquer avec leurs proches. Les autorités doivent prendre les mesures nécessaires pour que ces personnes soient protégées contre toute forme de torture ou de mauvais traitements.

Je crois que ces deux couples sont détenus de manière arbitraire uniquement en raison de leurs activités politiques pacifiques ou pour avoir exprimé leurs opinions. Si tel est le cas, ils doivent être libérés immédiatement. Dans le cas contraire, les autorités doivent les inculper dans les plus brefs délais d'une infraction prévue par la loi.

Selon la presse, des hommes sont venus chercher Mehdi Karroubi et Fatemeh Karroubi à leur domicile le 24 février. On ignore où Mir Hossein Mousavi et Zahra Rahnavard ont été conduits ; peut-être dans une « cache » ou une prison, même si les autorités ont nié avoir placé les deux couples en détention.

Enfin, je vous demande d'autoriser les personnes souhaitant exprimer leur opinion à participer à des manifestations pacifiques en Iran.

Veuillez agréer, votre Excellence, l'expression de notre haute considération.

Signature

663,118
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous