01 décembre 2011
Justice doit être rendue pour Inés Fernández Ortega et Valentina Rosendo Cantú, victimes de viol !



En 2002, trois militaires sont entrés chez Inés Fernández Ortega, alors qu'elle était en train de cuisiner avec ses enfants. Ils l'ont jetée à terre et un militaire l'a violée pendant que les autres regardaient.
Valentina Rosendo Cantú, alors âgée de 17 ans, faisait la lessive dans un cours d'eau. Des soldats l'ont accostée, l'ont menacée et deux d'entre eux l'ont violée.

Inés Fernández Ortega et Valentina Rosendo Cantú appartiennent à l'ethnie me'phaa (tlapanèque). Au Mexique, en raison de barrières culturelles, économiques et sociales, les femmes indigènes portent rarement plainte en cas de viol, en particulier lorsque des militaires sont impliqués. Bien qu'elles aient fait preuve de beaucoup de courage en signalant ces agressions aux autorités, à ce jour aucune enquête sérieuse n'a été menée et personne n'a été traduit en justice.

Des enquêteurs de l'armée ont tenté d'infirmer leurs allégations, faisant supporter aux victimes la charge de la preuve, et les institutions civiles n'ont pas correctement traité ces cas. Depuis qu'elles ont signalé les faits, les deux femmes ainsi que leurs familles respectives ont été la cible de manœuvres d'intimidation et de menaces de mort.

En août 2010, en conséquence de leur lutte de longue haleine pour obtenir justice, la Cour interaméricaine des droits de l'homme a rendu deux arrêts contre le Mexique et a ordonné qu'une enquête approfondie soit menée par les autorités civiles, que des réparations soient accordées et que des réformes soient apportées à la justice militaire. L'affaire a finalement été transférée à la justice civile mais aucune enquête exhaustive n'a été menée.

Il est temps de réclamer justice pour Inés Fernández Ortega et Valentina Rosendo Cantú !

Nous prions instamment le président du Mexique, Felipe Calderón Hinojosa :

  • d'appliquer pleinement l'arrêt, juridiquement contraignant, de la Cour interaméricaine des droits de l'homme ;
  • d'ordonner l'ouverture d'une enquête exhaustive et impartiale, à mener sans délai par la justice civile, sur le viol et les actes de torture subis par Inés Fernández Ortega et Valentina Rosendo Cantú en 2002 ;
  • d'accorder à ces deux femmes des réparations adaptées et une protection efficace.
1306
appels envoyés

Passez à l'action

Campaign has expiredCette action est fermée. Merci pour votre soutien
653,705
Nombre total d’actions entreprises
par des personnes telles que vous