Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

29 agosto 2008

Amnesty International salue les peines de réclusion à perpétuité prononcées contre des militaires argentins

Amnesty International salue les peines de réclusion à perpétuité prononcées contre des militaires argentins
Deux hauts gradés de l'armée du temps de la dictature militaire en Argentine ont été condamnés à des peines de réclusion à perpétuité pour avoir enlevé, torturé et fait disparaître le sénateur Guillermo Vargas Aignasse en avril 1976.

Amnesty International a déclaré que les peines prononcées contre l'ancien général Luciano Benjamín Menéndez et son second, Antonio Bussi, étaient une nouvelle preuve du fait que les crimes tels que la torture et la disparition forcée n'ont pas leur place dans le monde d'aujourd'hui.

« Les peines prononcées contre Antonio Bussi et Luciano Benjamín Menéndez sont la preuve que l'Argentine commence à faire face à son passé », a déclaré Susan Lee, directrice du programme Amériques à Amnesty International.

Amnesty International a également appelé les autorités argentines à prendre des mesures plus efficaces afin de protéger les témoins et à allouer les moyens nécessaires pour l'enquête sur la disparition de Jorge Julio López – porté disparu depuis le 17 septembre 2006, après sa déposition en tant que témoin au procès de Miguel Etchecolatz, ancien directeur des enquêtes de la police provinciale de Buenos Aires.

Informations générales
Sous le régime militaire en Argentine (de 1976 à 1983), des milliers de personnes ont « disparu », été exécutées de façon extrajudiciaire ou été torturées. Plus de 9 000 personnes sont officiellement enregistrées comme ayant disparu au cours de la répression systématique menée par les militaires contre les opposants de gauche  selon les groupes de défense des droits humains toutefois, le nombre des victimes s'élèverait à 30 000. Les lois sur l'amnistie qui mettaient les forces de sécurité à l'abri des poursuites ont été déclarées nulles et non avenues en juin 2005.

Luciano Benjamín Menéndez, quatre-vingt-un ans, était commandant du troisième corps d'armée régional, basé à Córdoba, et dirigeait l'un des centres de torture les plus tristement célèbres du régime. Antonio Bussi, quatre-vingt-deux ans, dirigeait les opérations militaires dans la province de Tucumán. Il a ensuite été le gouverneur de la province après le coup d'état militaire de 1976. Les provinces de Córdoba et de Tucumán ont fait partie des régions les plus durement touchées par les violations des droits humains sous le régime militaire.

Luciano Benjamín Menéndez, six autres anciens hauts responsables de l'armée et un civil avaient également été condamnés en juillet 2008 pour avoir enlevé, torturé et exécuté de manière extrajudiciaire quatre personnes en 1977.

País

Argentina 

Región

América 

Tema

Disappearances And Abductions 
Military, Security And Police Equipment 
Presos y presas de conciencia 
Tortura y malos tratos 

@amnestyonline on twitter

Noticias

22 julio 2014

Mientras en Londres se reúnen hoy activistas para debatir sobre estrategias para abordar la mutilación genital femenina, comunidades de todo Sierra Leona adoptan un enfoque... Más »

04 septiembre 2014

Amnistía Internacional lleva muchos años investigando y documentando el uso de la tortura en México. A continuación, ofrecemos algunos datos alarmantes:

Más »
03 junio 2014

En la segunda de una serie de dos partes, dos de las personas cuyos nombres estaban entre los “más buscados” a causa de su papel en las protestas de 1989 en Tiananmen cuentan... Más »

11 julio 2014

Sasha, activista ucraniano de 19 años, fue secuestrado a punta de pistola por separatistas en Luhansk y golpeado una y otra vez durante 24 horas.

Más »
03 septiembre 2014

La decapitación del periodista estadounidense Steven Sotloff por militantes del Estado Islámico es el último de la serie de crímenes de guerra que están cometiendo los grupos... Más »