Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

Comunicados de prensa

6 noviembre 2012

Iran. Le transfert de cinq condamnés à mort à la prison d’Evin fait craindre qu’ils ne soient exécutés

Cinq hommes condamnés à mort en Iran ont été transférés de la prison de Ghezel Hesar à Karaj, près de Téhéran, à celle d’Evin, dans la capitale, ce qui suscite des craintes quant à leur exécution imminente, a déclaré Amnesty International.

Au moins l’un d’eux, Hamid Gholamy, doit être exécuté ce mercredi matin 7 novembre après avoir été déclaré coupable, en juin 2011, d’une infraction à la législation sur les stupéfiants. Cette infraction présumée pourrait être la même que celle dont il avait été acquitté trois mois auparavant faute de preuves.

Hamid Gholamy aurait été torturé ou autrement maltraité en détention, et il attendait qu’il soit statué sur sa demande de grâce lorsqu’il a soudain été transféré à la prison d’Evin.

« Les autorités iraniennes, qui hélas semblent vouloir poursuivre avec frénésie les mises à mort par l’État, doivent au contraire épargner la vie de ces hommes, a déclaré Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord.

« Sur plus de 380 personnes qui, d’après nos informations, auraient été exécutées dans les prisons iraniennes depuis le début de l’année, la grande majorité avaient été déclarées coupables d’infractions liées aux stupéfiants – infractions qui ne correspondent pas, même de loin, aux "crimes les plus graves" définis par le droit international relatif aux droits humains. »

En vertu du droit iranien, les personnes condamnées pour des infractions à la législation sur les stupéfiants ne sont pas habilitées à interjeter appel, contrairement aux dispositions du droit international.

De nombreux coupables présumés de ce type d’infractions sont exécutés à l’issue de procès inéquitables sans avoir été autorisés à faire réexaminer leur jugement par une instance judiciaire supérieure.

« Amnesty International est opposée à la peine de mort en toutes circonstances. Les forces de sécurité iraniennes ont certes le droit de poursuivre en justice pour des infractions liées à la drogue, mais celles-ci ne doivent pas pouvoir être punies de mort », a déclaré Ann Harrison.

Le mois dernier, 10 hommes ont été exécutés dans la prison d’Evin, peu après avoir été, eux aussi, transférés de la prison de Ghezel Hesar.

Índice AI: PRE01/546/2012
Región Oriente Medio y Norte de África
País Irán
Si deseas más información, ponte en contacto con Oficina de Prensa Internacional »

Oficina de Prensa Internacional

Teléfono : +44 (0) 20 7413 5566
9.30 - 17.00 GMT de lunes a viernes
Teléfono : +44 (0) 777 847 2126
Línea operativa 24 horas
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
Oficina de Prensa Internacional
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
Reino Unido
Sigue a la Oficina de Prensa Internacional en Twitter
@amnestypress