Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

25 mayo 2012

Équateur. Le combat des Sarayakus se mondialise

Équateur. Le combat des Sarayakus se mondialise
Noemí Gualinga et sa fille Nina Siren comptent parmi ceux qui se battent pour les droits de la communauté indigène sarayaku, en Équateur.

Noemí Gualinga et sa fille Nina Siren comptent parmi ceux qui se battent pour les droits de la communauté indigène sarayaku, en Équateur.

© Amnesty International


Notre combat et celui de tant de [peuples indigènes] dans le monde se poursuit. Nous voulons être respectés et écoutés
Fuente: 
Noemí Gualinga, représentante de la communauté sarayaku
Fecha: 
Vie, 25/05/2012

Les terres ancestrales des Sarayakus – communauté indigène quechua qui compte environ 1 200 membres – sont situées dans une zone reculée de la région amazonienne, dans l'est de l'Équateur.

« Vivre à Sarayaku, c'est vivre libre, en harmonie et en paix ; nous sommes tous unis », a expliqué à Amnesty International Noemí Gualinga, représentante de la communauté.

Cette harmonie a pourtant été brisée en 2002, lorsque le gouvernement équatorien a autorisé une compagnie pétrolière étrangère à prospecter, pour y chercher du pétrole, les terres traditionnelles des Sarayakus sans les avoir consultés au préalable.

Les Sarayakus sont parvenus à bloquer ces opérations de prospection, mais sont depuis lors enlisés dans des procédures judiciaires en vue d'obtenir des réparations et d'amener l'État équatorien à rendre des comptes, et à faire en sorte qu'aucune décision affectant leur vie ne soit prise sans leur accord.

Aux termes des normes internationales, les États doivent obtenir le consentement libre, préalable et éclairé des peuples indigènes au sujet des projets de développement et des lois et politiques qui risquent d'affecter leur mode de vie. Pour ce faire, ils doivent mettre en place un processus de consultation et associer dès le début les communautés concernées aux décisions, ce qui suppose qu'elles aient accès à des informations objectives dans un format facilement compréhensible.

Les Sarayakus ont dû porter leur affaire jusque devant la Cour interaméricaine des droits de l'homme à San José, au Costa Rica, et attendent désormais le jugement qui doit être rendu prochainement.

« Parvenir à soumettre notre affaire à la Cour interaméricaine fut un chemin très long, et plus qu'éprouvant », a confié Noemí Gualinga, ajoutant que durant ce processus, les membres de la communauté ont été amenés à « se sentir très petits », ont été menacés de mort, humiliés publiquement et ont subi des pressions psychologiques.

Pourtant, les Sarayakus n'ont jamais renoncé à leur combat. Noemí Gualinga espère que leur ténacité portera ses fruits et que leur histoire inspirera d'autres peuples indigènes, eux aussi victimes d'intérêts extérieurs qui empiètent sur leurs terres traditionnelles, en Amérique latine et ailleurs.

« Notre combat et celui de tant de [peuples indigènes] dans le monde se poursuit. Nous voulons être respectés et écoutés », a-t-elle affirmé.

Les Sarayakus et Amnesty International ont coproduit un documentaire, qui sortira prochainement sous le titre Children of the Jaguar et raconte le combat de la communauté pour défendre ses terres.

Tema

Activistas 
Empresas y derechos humanos 
Economic, Social and Cultural Rights 
Indigenous peoples 

País

Ecuador 

Región

América 

Campañas

Exige Dignidad 

@amnestyonline on twitter

Noticias

22 julio 2014

Mientras en Londres se reúnen hoy activistas para debatir sobre estrategias para abordar la mutilación genital femenina, comunidades de todo Sierra Leona adoptan un enfoque... Más »

29 mayo 2014

Una mujer mexicana es violada en un autobús policial, mientras los agentes lo jalean; un nigeriano sigue sufriendo jaquecas cuatro años después de que la policía le golpeara... Más »

03 junio 2014

En la segunda de una serie de dos partes, dos de las personas cuyos nombres estaban entre los “más buscados” a causa de su papel en las protestas de 1989 en Tiananmen cuentan... Más »

11 julio 2014

Sasha, activista ucraniano de 19 años, fue secuestrado a punta de pistola por separatistas en Luhansk y golpeado una y otra vez durante 24 horas.

Más »
25 julio 2014

Expertos de Amnistía Internacional responden a algunas cuestiones surgidas en torno al conflicto Israel/Gaza.

Más »