Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

25 enero 2012

Arabie saoudite : les militants favorables à une réforme politique doivent bénéficier d'un procès équitable en appel

Arabie saoudite : les militants favorables à une réforme politique doivent bénéficier d'un procès équitable en appel
Suliaman al Rashudi a été condamné pour possession d'articles interdits écrits par un universitaire du King's College de Londres.

Suliaman al Rashudi a été condamné pour possession d'articles interdits écrits par un universitaire du King's College de Londres.

© DR


Les 16 hommes qui avaient été condamnés à de lourdes peines de prison pour avoir tenté de créer une organisation de défense des droits humains en Arabie saoudite doivent bénéficier d'un procès équitable en appel, a déclaré Amnesty International mercredi 25 janvier 2012, à l'heure où ceux-ci attendent l'examen de leur recours en justice.

Ces 16 hommes, parmi lesquels figurent plusieurs militants de premier plan partisans d'une réforme politique, ont été condamnés en novembre 2011 à des peines allant de cinq à 30 ans d'emprisonnement et ont fait appel de leur condamnation devant la Cour pénale spéciale de Riyad lundi 23 janvier 2012.

Ils ont tous été reconnus coupables de rupture d'allégeance au roi, et la plupart ont aussi été condamnés, entre autres, pour blanchiment d'argent.

L'un d'eux, l'ancien juge Suliaman al Rashudi, a été reconnu coupable de plusieurs chefs d'accusation, dont la possession d'articles interdits écrits par le professeur Madawi Al Rasheed, du King's College (université londonienne).

« Certaines des charges retenues contre eux semblent s'apparenter à une criminalisation de l'exercice pacifique du droit à la liberté d'expression, et notamment du droit de réclamer un changement politique. Si c'est le cas, leurs condamnations doivent être annulées », a déclaré Philip Luther, directeur par intérim du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Même les chefs d'accusation apparemment plus graves pour lesquels certains des 16 hommes ont été condamnés, comme le blanchiment d'argent, doivent être réexaminés avec soin car les condamnations sont intervenues à l'issue d'un procès manifestement inéquitable.

« Tout procès en appel doit être conforme aux normes internationales relatives à l'équité des procès, ce qui ne sera possible que si toutes les allégations de torture et d'autres mauvais traitements en détention provisoire font auparavant l'objet d'une enquête approfondie. »

Neuf de ces hommes, parmi lesquels se trouvent des militants, des avocats et des universitaires, ont été arrêtés en février 2007 après s'être réunis pour discuter de la création d'une association de défense des droits humains et avoir diffusé une pétition appelant à une réforme politique.

À l'époque, le ministère de l'Intérieur avait affirmé qu'ils avaient été interpellés pour avoir collecté de l'argent afin de soutenir le terrorisme, ce qu'ils ont toujours nié.

Les sept autres hommes ont été interpellés plus tard en raison de leurs liens présumés avec l'un des partisans de la réforme, Saud al Hashimi.

Parmi ces 16 hommes, beaucoup ont été maintenus à l'isolement pendant de longues périodes, parfois en détention au secret.

Au moins deux d'entre eux ont affirmé avoir été torturés en détention ; l'un de ces deux hommes a déclaré qu'ils avaient ainsi été forcés à faire des « aveux ». Il est à craindre que les autres n'aient subi le même traitement.

Tous les 16 ont été inculpés en août 2010, soit pas moins de trois ans et demi après l'arrestation du premier groupe de neuf personnes.

Pendant des mois, leurs avocats et leurs familles n'ont pas pu obtenir d'informations précises sur les charges retenues contre eux, et l'accès à un bon nombre d'audiences leur a également été refusé.

Quatorze des 16 hommes, de nationalité saoudienne, risquent de faire l'objet d'une interdiction de quitter le pays une fois qu'ils auront purgé leur peine, tandis que les deux autres, un ressortissant yéménite et un ressortissant syrien, pourraient être renvoyés dans leur pays à leur libération.

Dans un récent rapport intitulé Saudi Arabia: Repression in the name of security (extraits disponibles en français sous le titre Arabie saoudite. Réprimer au nom de la sécurité), Amnesty International a dénoncé la nouvelle vague de répression qui frappe le pays, les autorités s'en prenant aux manifestants et aux partisans de la réforme au nom de la sécurité.

Ce rapport fait état de centaines d'arrestations de manifestants, et dénonce le nouveau projet de loi antiterroriste du gouvernement, qui érigerait en « crime terroriste » tout acte d'opposition, privant encore davantage de leurs droits les personnes accusées de tels actes.

Tema

Activistas 
Detención 
Libertad de expresión 
Presos y presas de conciencia 
Juicios y sistemas judiciales 

País

Arabia Saudí 

Región

Oriente Medio y Norte de África 

Follow #saudiarabia @amnestyonline on twitter

Noticias

22 julio 2014

Mientras en Londres se reúnen hoy activistas para debatir sobre estrategias para abordar la mutilación genital femenina, comunidades de todo Sierra Leona adoptan un enfoque... Más »

29 mayo 2014

Una mujer mexicana es violada en un autobús policial, mientras los agentes lo jalean; un nigeriano sigue sufriendo jaquecas cuatro años después de que la policía le golpeara... Más »

03 junio 2014

En la segunda de una serie de dos partes, dos de las personas cuyos nombres estaban entre los “más buscados” a causa de su papel en las protestas de 1989 en Tiananmen cuentan... Más »

11 julio 2014

Sasha, activista ucraniano de 19 años, fue secuestrado a punta de pistola por separatistas en Luhansk y golpeado una y otra vez durante 24 horas.

Más »
07 julio 2014

La condena de un destacado abogado y defensor de los derechos humanos saudí a 15 años de prisión ha asestado un nuevo golpe al activismo pacífico y la libertad de expresión en... Más »