Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

30 septiembre 2011

Swaziland. Un juge limogé doit être réintégré dans ses fonctions

Swaziland. Un juge limogé doit être réintégré dans ses fonctions

Les autorités du Swaziland doivent immédiatement rétablir dans ses fonctions un éminent juge de la Haute cour, Thomas Masuku, qui a été limogé sur la base d'inculpations forgées de toutes pièces, a déclaré Amnesty International vendredi 30 septembre.

Le juge Thomas Masuku a été suspendu en juin. Il a ensuite fait l'objet d'une procédure inique à la suite d'allégations portées à la connaissance du roi du Swaziland Mswati III par le président de la Cour suprême, Michael Ramodibedi. Il lui était notamment reproché d'avoir insulté le roi dans le cadre de l'une de ses décisions de justice.

Amnesty International demande également le rétablissement dans ses fonctions du ministre swazi de la Justice, le révérend David Matse, suspendu après avoir refusé d'autoriser le limogeage de Thomas Masuku.

« Ces allégations n'avaient aucun fondement en fait ou en droit permettant de justifier la procédure. Le limogeage du juge Thomas Masuku et la suspension du ministre de la Justice David Matse illustrent l'ampleur de la crise que traverse le Sawziland en termes d'état de droit, a souligné Michelle Kagari, directrice adjointe du programme Afrique d'Amnesty International.

« Thomas Masuku a été jugé par un tribunal fantoche, présidé par le président de la Cour suprême, qui n'était autre que le principal plaignant. L'audience, qui s'est déroulée à huis clos, a foulé aux pieds les normes internationales d'équité des procès. »

Le juge Thomas Masuku a déjà été harcelé et suspendu par le passé pour avoir contesté des décrets royaux non conformes au droit. Au travers de ses décisions de justice, il a contribué à protéger les droits humains, et sa résistance aux pressions exercées par le gouvernement sur le système judiciaire s'est avérée cruciale pour préserver son indépendance.

L'Association du barreau du Swaziland avait dénoncé l'iniquité de la procédure visant Thomas Masuku et sa destitution, à l'instar d'autres organismes juridiques dans la région. Elle demande le limogeage du président de la Cour suprême.

Quant à Amnesty International, elle avait déjà critiqué la nature de la procédure engagée contre Thomas Masuku. Elle a appelé le gouvernement à garantir que cette procédure s'avère transparente, impartiale, indépendante et publique.

« La destitution du juge Thomas Masuku, fondée sur de vagues allégations et contraire aux règles d'équité les plus élémentaires, établit un précédent inquiétant pour les autres juges qui souhaiteraient eux aussi prendre position dans l'exercice de leurs fonctions », a fait valoir Michelle Kagari.

Más información

Swaziland: Key human rights concerns in advance of Swaziland's Universal Periodic Review hearing (rapport, 21 septembre 2011)
Swaziland : des militants arrêtés à la veille de manifestations interdites (nouvelle, 11 avril 2011)

Tema

Libertad de expresión 

País

Suazilandia 

Región

África 

@amnestyonline on twitter

Noticias

22 julio 2014

Mientras en Londres se reúnen hoy activistas para debatir sobre estrategias para abordar la mutilación genital femenina, comunidades de todo Sierra Leona adoptan un enfoque... Más »

04 septiembre 2014

Amnistía Internacional lleva muchos años investigando y documentando el uso de la tortura en México. A continuación, ofrecemos algunos datos alarmantes:

Más »
03 junio 2014

En la segunda de una serie de dos partes, dos de las personas cuyos nombres estaban entre los “más buscados” a causa de su papel en las protestas de 1989 en Tiananmen cuentan... Más »

11 julio 2014

Sasha, activista ucraniano de 19 años, fue secuestrado a punta de pistola por separatistas en Luhansk y golpeado una y otra vez durante 24 horas.

Más »
03 septiembre 2014

La decapitación del periodista estadounidense Steven Sotloff por militantes del Estado Islámico es el último de la serie de crímenes de guerra que están cometiendo los grupos... Más »