Informe anual 2013
El estado de los derechos humanos en el mundo

30 junio 2011

Le Bélarus arrête des participants à une manifestation «silencieuse»

Le Bélarus arrête des participants à une manifestation «silencieuse»

Les autorités biélorusses doivent libérer immédiatement et sans condition toute personne détenue uniquement pour avoir pris part à des manifestations pacifiques « silencieuses », a déclaré Amnesty International jeudi 30 juin alors que des centaines de manifestants ont été interpellés dans tout le pays le 29 juin.

Dans la capitale Minsk et d'autres villes, la police a arrêté plus de 250 personnes le 29 juin ; des milliers de citoyens s'étaient en effet rassemblés en silence, se contentant de taper dans leurs mains pour exprimer leur désapprobation face à la politique économique menée par Alexandre Loukachenko. La plupart ont ensuite été libérés, mais certains encourent de courtes peines de détention administrative ou des amendes pour « délits mineurs relevant du houliganisme ».

Ces dernières semaines, la police a procédé à des arrestations massives dans le cadre de plusieurs manifestations de ce type, organisées via les réseaux sociaux.

« Les autorités biélorusses doivent respecter la liberté de réunion des personnes qui souhaitent manifester pacifiquement. Actuellement, elles rejettent invariablement les demandes d'autorisation déposées, tandis que les rassemblements qui ont lieu sont rapidement, et parfois violemment, dispersés, a indiqué John Dalhuisen, directeur adjoint du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International.

« Les autorités biélorusses doivent cesser de recourir à la violence et s'abstenir d'infliger des peines de détention administrative pour sanctionner les manifestants et décourager tout rassemblement. »

Le ministre biélorusse de la Justice a expliqué lors d'une réunion avec des ouvriers le 28 juin que « si un citoyen veut simplement se trouver sur une place ou dans une rue sans troubler l'ordre public, alors il ne commet aucun crime… S'il s'agit d'un grand groupe, il convient alors de prendre en compte la liberté des autres citoyens qui rentrent du travail… Dans ce cas, les policiers sont en droit de demander aux gens de se rassembler et d'aller taper dans leurs mains ailleurs… »

Les autorités ont organisé un concert en plein air sur la place centrale de Minsk mercredi 29 juin, lors même qu'une manifestation était prévue. Il semble que cette manœuvre était destinée à empêcher tout rassemblement.

Les agences de presse ont téléchargé des vidéos sur You Tube où l'on peut voir des policiers en civil s'infiltrer parmi les manifestants près de la place et en embarquer certains violemment dans des bus banalisés.

Selon le Centre de défense des droits humains Viasna, plus de 250 personnes ont été arrêtées à travers le pays à la suite des manifestations du 29 juin, dont 160 à Minsk. La plupart ont été relâchées, mais 30 d'entre elles ont été inculpées de « délits mineurs relevant du houliganisme », infraction passible d'une amende ou d'une courte peine de détention administrative allant de 10 à 15 jours.

Selon certaines informations, les policiers ont aussi agressé des journalistes.

Plus de 460 personnes ont été placées en détention à la suite d'une contestation organisée le 22 juin. À Minsk, les policiers ont arrêté 220 manifestants, ainsi que plusieurs journalistes, des ressortissants étrangers et un diplomate suédois.

La plupart d'entre eux ont finalement été libérés sans inculpation. Certains auraient été frappés, d'autres inculpés de « trouble à l'ordre public ».

« Les autorités biélorusses doivent diligenter dans les meilleurs délais une enquête indépendante sur les allégations selon lesquelles des manifestants ont été frappés. Il est inacceptable que la police recourt à une force excessive contre des manifestants pacifiques », a conclu John Dalhuisen.

País

Bielorrusia 

Región

Europa y Asia Central 

Tema

Libertad de expresión 

@amnestyonline on twitter

Noticias

22 julio 2014

Mientras en Londres se reúnen hoy activistas para debatir sobre estrategias para abordar la mutilación genital femenina, comunidades de todo Sierra Leona adoptan un enfoque... Más »

29 mayo 2014

Una mujer mexicana es violada en un autobús policial, mientras los agentes lo jalean; un nigeriano sigue sufriendo jaquecas cuatro años después de que la policía le golpeara... Más »

03 junio 2014

En la segunda de una serie de dos partes, dos de las personas cuyos nombres estaban entre los “más buscados” a causa de su papel en las protestas de 1989 en Tiananmen cuentan... Más »

11 julio 2014

Sasha, activista ucraniano de 19 años, fue secuestrado a punta de pistola por separatistas en Luhansk y golpeado una y otra vez durante 24 horas.

Más »
07 julio 2014

La condena de un destacado abogado y defensor de los derechos humanos saudí a 15 años de prisión ha asestado un nuevo golpe al activismo pacífico y la libertad de expresión en... Más »