Documento - Educación en Derechos Humanos. Implicar a nuevos grupos - Objetivo.

ÉDUCATION AUX DROITS HUMAINS

TOUCHER DE NOUVELLES CIBLES


LES ENSEIGNEMENTS DU PROGRAMME ACTION ET ÉDUCATION EN MATIÈRE DE DROITS HUMAINS




AMNESTY INTERNATIONAL

Document public

POL 32/004/2010

ÉFAI


Mai 2010




Des membres d'AI Maroc manifestent à Rabat à la veille de la Journée internationale des femmes 2008.

© www.resistingwomen.net/Ali Fkir





QU'EST-CE QUE LE PROGRAMME ACTION ET ÉDUCATION EN MATIÈRE DE DROITS HUMAINS ?


Ce programme est une initiative internationale d'éducation aux droits humains (EDH) lancée il y a dix ans par la section norvégienne d'Amnesty International. Il est mis en œuvre par l'organisation en Afrique du Sud, en Israël, en Malaisie, au Maroc, en Moldavie, en Pologne, en Russie, en Slovénie, en Thaïlande et en Turquie. Les partenaires des projets réalisés dans le cadre de ce Programme évaluent dans un premier temps les besoins locaux, puis choisissent des thèmes adaptés aux groupes cibles et à la situation des droits fondamentaux dans le pays concerné. Il repose sur la formation de personnes-relais, de « multiplicateurs » au service de l'EDH. Ce terme désigne les personnes qui sont en mesure d'influencer un public plus large ou des groupes, grâce aux rôles ou aux fonctions qu'elles occupent au sein de la société. Ce programme permet aux partenaires d'induire un impact positif sur les droits humains et de contribuer à la réalisation de l'un des objectifs d'Amnesty International : l'émergence d'une culture des droits humains partout dans le monde.



TOUCHER UN PUBLIC NEUF


L'EDH peut être un excellent moyen d'intéresser des personnes ou des groupes à la question des droits fondamentaux. Grâce à l'EDH, Amnesty International touche des publics neufs, n'ayant eu aucun contact antérieur avec l'organisation ou avec les questions des droits humains, et modifie la façon dont les gens perçoivent leurs droits et ceux des autres. C'est de cette manière que les sections de Slovénie et d'Israël ont pu faire des progrès significatifs dans le travail en direction des communautés marginalisées. En Turquie, des groupes confessionnels et des autorités religieuses ont collaboré avec le Programme Action et éducation ; au Maroc, le programme a obtenu la participation de responsables de l'application des lois. Tous ces projets ont en commun d'avoir su engager des partenaires à nos côtés, qu'il s'agisse d'organisations de base ou d'autorités au plus haut niveau. En permettant cette collaboration qui vise à améliorer la conscience des problèmes de droits humains et à s'y attaquer, les projets issus du Programme Action et éducation changent les attitudes et les vies de nombreuses personnes.



Des jeunes du camp d'été d'Amnesty International manifestent à Ljubljana (Slovénie) contre la torture en Tunisie.

© Amnesty International



TRAVAILLER AVEC DES COMMUNAUTÉS MARGINALISÉES


« Je suis maintenant plus conscient de l'importance du soutien qu'il faut apporter à ceux qui vivent des situations difficiles — car nous sommes égaux et les droits humains d'une autre personne n'ont pas moins de valeur que mes propres droits. »

Participant à un projet Action et éducation, en Slovénie



Ces projets s'intéressent aux besoins locaux et aux préoccupations existantes en matière de droits humains. En Slovénie, le Programme Action et éducation a réussi à toucher des communautés marginalisées en intervenant avec des jeunes sur les questions de discrimination (contre les Roms et contre les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). Chaque année en Slovénie, plus d'une centaine d'ateliers sont organisés. Ils initient plus de 2 000 personnes à la question des droits humains et celle de l'élévation du niveau de conscience. Ces ateliers prennent la forme de séminaires des droits humains étalés sur un week-end ou de séances de formation d'une journée sur la meilleure façon d'inciter les jeunes à faire campagne ou à participer à des camps militants. Afin d'apporter un soutien au travail de ces jeunes « multiplicateurs », les membres du Programme Action et éducation ont créé des supports destinés aux enfants — comme Jagoda, un livre d'images présentant la culture et la vie quotidienne des enfants roms. Ce projet a été élaboré en étroite coopération avec des enfants roms ainsi qu'avec l'organisation rom Drustvo Zaveznikov Mehkega Pristanka (Société des partisans d'un atterrissage en douceur).



« Dans nos ateliers, il est très important de dire que nous avons des droits, mais il faut ajouter que nous avons aussi des devoirs… Ce qui compte avant tout, c'est que les jeunes s'emparent de ces droits humains… qu'ils montrent qu'ils se préoccupent des autres, qu'ils apprennent à respecter autrui. Ils commenceront alors à comprendre la situation des Roms en Slovénie. »

Simona Kemperle, AI Slovénie



En Israël, le Programme Action et éducation intervient essentiellement pour défendre les droits des femmes, des enfants et des réfugiés, ainsi que sur les questions que soulève le trafic des êtres humains. AI Israël s'est impliqué dans des questions locales, notamment en s'attaquant à la discrimination dont sont victimes les Bédouins. En conséquence, un projet voisin (celui du Centre pour la formation et l'autonomisation du New Israël Fund) propose aujourd'hui un nouveau cours, intitulé « Les droits humains et les Bédouins militants associatifs ». En Israël, le travail du Programme Action et éducation a fait évoluer les comportements, les attitudes et les croyances ; il à réduit les actes de discrimination et prôné le respect et la coexistence pacifique.



« L'un de nos succès les plus retentissant, c'est d'avoir répondu au désir des gens d'être actifs et de défendre les droits des autres. Il ne s'agit pas seulement de comprendre ce que sont les droits humains et de savoir que cette notion est importante, mais aussi de réaliser que nous pouvons intervenir concrètement. »

Danit Shaham, AI Israël



TRAVAILLER AVEC DES GROUPES CONFESSIONNELS ET DES REPRÉSENTANTS DES ÉGLISES


Grâce aux initiatives du Programme Action et éducation, plus de 215 dirigeants de groupes confessionnels ont été formés avec succès au rôle de « multiplicateur » des droits humains. Le personnel salarié et les bénévoles d'AI proposent un stage élémentaire de deux jours. Il est réservé aux représentants officiels des Églises et aborde, par exemple, la question du respect des droits humains des autres (en particulier, ceux des femmes, au sein des groupes qui partagent la même foi.) Les formateurs utilisent pour ce faire des modules EDH – notamment les boîtes à outils de la campagne HVCF.


Il s'agit là d'un grand pas en avant du point de vue de l'universalité des droits humains en Turquie. AI Turquie considère que l'un de ses plus retentissants succès a été la condamnation de la violence exercée contre les femmes par le président des Affaires religieuses — initiative qui est le résultat direct de notre initiative. La méthodologie qu'applique le Programme Action et éducation incite les membres des différentes sections à se rencontrer afin de comparer leur travail et d'échanger leurs points de vue. Par exemple, des membres d'AI Maroc ont rendu visite à AI Turquie en 2007 pour voir le Programme Action et éducation à l'œuvre et recevoir une formation. Ce voyage leur a permis de mesurer le travail accompli en Turquie en collaboration avec des imams et de comprendre l'intérêt qu'il y a à considérer les autorités religieuses comme des relais potentiels.



« Quand le président des Affaires religieuses a annoncé que la violence contre les femmes était rejetée par l'Islam, c'était magique pour nous et cela a été un grand moment de bonheur. Cela faisait deux ans que nous œuvrions main dan la main avec des responsables musulmans et, pendant les sessions, nous avons pu continuer à discuter avec eux… Ils étaient très ouverts et très motivés. Ils avaient manifestement envie de faire partie du mouvement mondial de défense des droits humains. »

Murat Çekiç, AI Turquie



Ce stand d'information et de campagne faisait partie du dispositif conçu pour le bus d'Amnesty International qui a sillonné la Turquie afin de promouvoir la campagne Halte à la violence contre les femmes !

© Amnesty International



TRAVAILLER AVEC DES RESPONSABLES DE L'APPLICATION DES LOIS


Grâce à sa collaboration avec Penal Reform International, AI Maroc a eu un effet positif sur la situation des droits humains par l'intermédiaire de formations destinées à des relais parmi les responsables de l'application des lois. Le travail en direction de cette cible s'est concentré sur des formations destinées au personnel chargé de l'application des lois. D'abord, 40 personnes de la Délégation générale de l'Administration pénitentiaire et de la réinsertion ont reçu des formations de formateurs, portant sur l'application des lois dans le respect des droits humains, dans le contexte bien précis du Maroc. Depuis, les conditions de détention se sont améliorées et les prisons sont plus faciles d'accès pour les familles et les membres d'ONG présentes dans le pays. Les partenaires du projet Action et éducation au Maroc ont aussi aidé les autorités à mettre sur pied un programme intégrant les principes et les normes en matière de droits humains à la formation dispensée au personnel chargé de l'application des lois.



« Amnesty International a contribué à changer l'image de l'organisation au yeux des autorités marocaines. D'abord hostiles, les autorités du pays en sont venues à coopérer avec Amnesty International, qu'elles considèrent maintenant comme un partenaire fiable et crédible. Ce changement a été illustré par l'audience accordée par Sa Majesté le Roi à une délégation d'Amnesty International. À cette occasion, un manuel d'éducation aux droits humains, publié par la section marocaine, a été présenté au roi, qui a loué les efforts accomplis afin de promouvoir l'éducation aux droits humains au Maroc. »

Partenaire du projet Action et éducation, Maroc



Journée d'action de la campagne des Jeux olympiques (Beijing 2008), organisée par Amnesty International et les scouts d'Israël.

© Amnesty International



PRINCIPALES RECOMMANDATIONS DU PROGRAMME ACTION ET ÉDUCATION


- Travailler avec de nouveaux groupes cibles contribue à l'extension à tous les peuples de la culture des droits humains.

Dans le travail avec des cibles nouvelles, certaines croyances ou opinions bien établies peuvent constituer des obstacles difficiles à surmonter. C'est en établissant des relations de travail solides et durables que l'on jette les bases de la confiance. Les gens sont alors incités à devenir eux-mêmes les vecteurs du changement social dans leur communauté.


- L'éducation aux droits humains peut être un moyen de réussir à entraîner de nouveaux groupes cibles dans l'action en faveur des droits humains.

Le fait de travailler avec de nouvelles cibles peut faire avancer les choses dans de nombreux domaines de préoccupation, en particulier quand les activités de formation et d'éducation aux droits humains sont adaptées au contexte local. Le partenariat avec des organisations locales et/ou les autorités centrales ou locales est souvent indispensable pour atteindre le but que l'on s'est fixé.


- L'éducation aux droits humains de groupes marginalisés débouche parfois sur leur autonomisation.

L'éducation aux droits humains fournit parfois aux groupes marginalisés l'occasion d'exprimer leurs préoccupations, leurs convictions et leurs valeurs. L'éducation aux droits humains apporte aux groupes vulnérables des connaissances et des savoir-faire qui sont de puissants outils dans la lutte contre les violations des droits humains.



Amnesty International est un mouvement mondial regroupant 2,2 millions de personnes dans plus de 150 pays et territoires qui luttent pour mettre fin aux atteintes graves aux droits humains.

La vision d'Amnesty International est celle d'un monde où chacun peut se prévaloir de tous les droits énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans d'autres textes internationaux relatifs aux droits humains.

Essentiellement financée par ses membres et les dons de particuliers, Amnesty International est indépendante de tout gouvernement, de toute tendance politique, de toute puissance économique et de toute croyance religieuse.


Cómo puedes ayudar

AMNISTÍA INTERNACIONAL EN EL MUNDO