Documento - Bahréin: Liberadas con cargos activistas en Bahréin

Bahreïn. Des militantes libérées mais toujours inculpées


Action complémentaire sur l'AU 365/11, MDE 11/069/2011– Bahreïn 22 décembre 2011


ACTION URGENTE

DES MILITANTES LIBÉRÉES MAIS TOUJOURS INCULPÉES

Zainab al Khawaja et Masuma Sayyid Sharaf ont été libérées le 20 décembre. Elles ont été arrêtées le 15 décembre pour avoir participé à une manifestation. Amnesty International demande que les charges retenues contre ces femmes soient abandonnées.

Zainab al Khawaja et Masuma Sayyid Sharaf ont été libérées le 20 décembre mais les charges retenues contre elles – rassemblement public illégal, mépris à l'égard du régime et agression d'un policier – n'ont pas été abandonnées. Elles ignorent si leur procès aura lieu malgré tout et, si tel est le cas, quand il commencera.

Ces deux femmes ont été arrêtées le 15 décembre après que la police a dispersé, au moyen de gaz lacrymogène et de bombes sonores, une manifestation pacifique organisée sur un rond-point de la périphérie de Manama. Lorsque les policiers ont interpellé Zainab al Khawaja, toutes les autres personnes avaient quitté les lieux. Ils l'ont tirée jusqu'à un fourgon. Ils ont ensuite arrêté Masuma Sayyid Sharaf, qui avait filmé toute la scène. Zainab al Khawaja a expliqué à Amnesty International qu'elle avait été rouée de coups de poing à la tête et de coups de pied au poste de police d'Al Budaiye, dans la banlieue de Manama, et que Masuma Sayyid Sharaf avait aussi reçu des coups de pied et des crachats. Ces deux femmes nient avoir agressé un policier.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en anglais ou en arabe) :

  • faites part de votre inquiétude quant au fait que Zainab al Khawaja et Masuma Sayyid Sharaf sont détenues seulement pour avoir exercé leurs droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion, et demandez l'abandon des charges retenues contre elles ;

  • exhortez les autorités bahreïnites à diligenter immédiatement une enquête indépendante et impartiale sur les coups que ces deux femmes auraient reçus au moment de leur arrestation, et à traduire en justice les responsables présumés de ces actes.


ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 2 FÉVRIER 2012 À :

Roi de Bahreïn

Shaikh Hamad bin ‘Issa Al Khalifa

Office of His Majesty the King
P.O.
Box 555
Rifa'a Palace, al-Manama, Bahreïn

Fax : +973 176 64 587

Formule d'appel : Your Majesty, / Sire, (Votre Majesté, dans le corps du texte)



Ministre de l'Intérieur

Shaikh Rashid bin ‘Abdullah bin Ahmad Al Khalifa

Ministry of Interior

P.O. Box 13, al-Manama,

Bahreïn

Fax : +973 172 32 661

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,


Ministre des Droits humains et du Développement social

Dr Fatima bint Mohammed Al Balooshi

Ministry of Human Rights and Social Development

P.O. Box 32868, al-Manama, Bahreïn

Fax : +973 171 04 977

Courriel : pr@social.gov.bh

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,


Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de Bahreïn dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), numéro de fax, courriel, formule d'appel.


Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la première mise à jour de l'AU 365/11. Pour en savoir plus : http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE11/067/2011/fr.


ACTION URGENTE

DES MILITANTES LIBÉRÉES MAIS TOUJOURS INCULPÉES

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Des mois ont passé depuis que des dizaines de personnes ont manifesté au rond-point de la Perle en février et mars. Pourtant, de nombreux professionnels de la santé, militants de l'opposition, défenseurs des droits humains et enseignants, entre autres, sont encore jugés ou purgent actuellement des peines d'emprisonnement à Bahreïn.


Zainab al Khawaja est la fille d'Abdulhadi al Khawaja, éminent militant de l'opposition et défenseur des droits humains, condamné le 21 juin à la réclusion à perpétuité pour son implication dans les mouvements de protestation à Bahreïn (voir l'AU 139/11 et ses mises à jour). Cet homme affirme avoir été torturé en prison. Zainab al Khawaja critique fortement les autorités bahreïnites lorsqu'elle s'entretient avec des médias internationaux au sujet de la répression des manifestants ainsi que du jugement inique et des actes de torture que son père a subis. En octobre dernier, son mari a lui aussi été condamné à quatre ans de prison pour son implication dans les mouvements de protestation. En avril 2011, Zainab al Khawaja a entamé une grève de la faim pour protester contre l'arrestation de son père.

La Commission d'enquête indépendante de Bahreïn a été instaurée par décret royal du 29 juin ; elle a pour mission d'enquêter sur les violences commises pendant les manifestations de février et mars, ainsi qu'au cours des mois suivants. Le 23 novembre, elle a publié un rapport de 500 pages.

Elle y évoque des centaines de cas, notamment ceux de manifestants battus par les forces de sécurité, de militants chiites de l'opposition arrêtés arbitrairement en masse et de nombreuses victimes de torture, dont cinq sont décédées en détention des suites de ces sévices. Au moins 46 personnes auraient trouvé la mort dans le cadre des manifestations, dont cinq membres des forces de sécurité. Le rapport exhorte le gouvernement bahreïnite à créer immédiatement un organe indépendant composé de représentants de la société civile, de l'opposition et du gouvernement, à surveiller la mise en place des recommandations de la Commission d'enquête indépendante, à introduire des réformes législatives pour garantir que les lois soient conformes aux normes internationales relatives aux droits humains, et à amener les responsables présumés à rendre des comptes pour les violences commises.

Noms : Zainab al Khawaja et Masuma Sayyid Sharaf

Genre h/f : femmes




Action complémentaire sur l'AU 365/11, MDE 11/069/2011, 22 décembre 2011

Cómo puedes ayudar

AMNISTÍA INTERNACIONAL EN EL MUNDO