Documento - México: INTIMIDACIÓN POLICIAL; SE REQUIERE UNA INVESTIGACIÓN

Mexique. Une enquête doit être ouverte sur les manœuvres d'intimidation policières

AU 208/13, AMR 41/045/2013 – Mexique 2 août 2013

ACTION URGENTE

MEXIQUE. UNE ENQUÊTE DOIT ÊTRE OUVERTE SUR DES MANŒUVRES D’INTIMIDATION POLICIÈRES

La police a menacé et tenté d’intimider les employés, les occupants et les bénévoles d’un centre d’accueil pour migrants de Tapachula, dans l’État du Chiapas (sud-ouest du Mexique). La vie de ces personnes pourrait être en danger.

Le 27 juillet, quelque huit agents en uniforme de la police fédérale ont fait irruption sans autorisation dans le centre d’accueil pour migrants Todos por Ellos (« Tous pour eux »). Ils se sont montrés violents et ont déclaré qu’ils étaient venus parce qu’ils avaient eu connaissance de faits de prostitution et d’exploitation de mineurs commis au sein du refuge. Ils ont informé le coordinateur du centre, José Ramón Verdugo Sánchez (également appelé Hermano Ramón), qu’il allait être arrêté et que les migrants allaient être expulsés et prendre « une sacrée raclée ». Ils ont quitté les lieux après avoir tenté d’intimider les migrants et le personnel en les bousculant. On ne déplore aucune blessure grave.

Une plainte a été déposée au parquet général dans les jours qui ont suivi. La Commission nationale des droits humains a demandé que des mesures conservatoires soient mises en place.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

exhortez les autorités à fournir une protection efficace au personnel, aux bénévoles et aux migrants du centre d’accueil Todos por Ellos, dans le strict respect des souhaits de ces personnes ;

demandez qu’une enquête exhaustive et impartiale soit menée sur l’attaque lancée au refuge le 27 juillet ainsi que sur les manœuvres d’intimidation dont le personnel et les migrants ont été la cible et que les responsables présumés de ces actes soient amenés à rendre des comptes ;

priez instamment les autorités de respecter l’article 76 de la Loi relative aux migrations, qui dispose que même l’Institut national des migrations (INM) n’est pas autorisé à procéder à des contrôles dans les locaux d’organisations de la société civile qui hébergent des migrants.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 13 SEPTEMBRE 2013 À :

Ministre de l’Intérieur

Miguel Ángel Osorio Chong

Secretario de Gobernación

Bucareli 99, col. Juárez, C.P. 6600, México D.F., Mexique,

Fax : +52 55 5093 3414 (merci de vous montrer persévérant)

Courriel : secretario@segob.gob.mx

Formule d’appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre,

Procureur général de la République

Jesús Murillo Karam

Paseo de la Reforma 211-213

Col. Cuauhtémoc, México D.F.

C.P. 06500, Mexique

Fax : +52 55 5346 0908 (merci de vous montrer persévérant)

Courriel : ofproc@pgr.gob.mx

Formule d’appel : Dear Attorney General, / Monsieur le Procureur général,

Copies à :

ONG locale

Todos por Ellos

Courriel : ravesa@msn.com

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Mexique dans votre pays (adresse/s à compléter) :

Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d’appel.

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

MEXIQUE. UNE ENQUÊTE DOIT ÊTRE OUVERTE SUR DES MANŒUVRES D’INTIMIDATION POLICIÈRES

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Le centre d’accueil pour migrants Todos por Ellos propose un hébergement temporaire aux enfants, aux adolescents et aux migrants mineurs qui traversent seuls le Mexique. Il offre principalement de la nourriture, des soins médicaux, une assistance juridique et une aide contre l’exploitation sexuelle.

Chaque année, des centaines de milliers de migrants clandestins en provenance d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud tentent de traverser le Mexique pour atteindre les États-Unis. Bon nombre d’entre eux sont arrêtés par les services mexicains de l’immigration et renvoyés dans leur pays d’origine. Des délégués d’Amnesty International se sont rendus au Mexique pour enquêter sur des informations faisant état d’atteintes aux droits fondamentaux de ces personnes. Ils ont alors découvert qu’un grand nombre de personnes avaient été enlevées par des bandes de malfaiteurs, qui collaboraient parfois avec des responsables locaux. En raison de l’impunité qui les caractérise, les atteintes commises contre les migrants, extrêmement vulnérables, ont augmenté, bien que le gouvernement se soit engagé à garantir le respect des droits de ces personnes.

Amnesty International a lancé une action visant à attirer l’attention sur le sort des migrants qui traversent le Mexique et à leur fournir une aide dont ils ont grand besoin. Vous trouverez l’action à l’adresse : http://sendsocks.org.

La Loi relative à la protection des défenseurs des droits humains et des journalistes a été approuvée à l’unanimité en 2012 par la Chambre des députés et le Sénat, et ratifiée par le président mexicain. Le processus de mise en œuvre de ce texte a maintenant commencé, ce qui comprend la participation directe des représentants de la société civile. Toutefois, ce mécanisme doit encore faire ses preuves auprès de tous ceux qui ont réclamé une protection. Afin de garantir son efficacité, des protocoles opérationnels doivent être mis en place immédiatement, les institutions fédérales et étatiques doivent s’engager sans délai, d’une façon qui soit juridiquement contraignante, à respecter les ordres de protection, des ressources doivent être mobilisées et des hauts représentants des autorités doivent exprimer leur soutien. Il est primordial que les autorités se rappellent que leur rôle ne se résume pas à instaurer un mécanisme de protection.

Noms : José Ramón Verdugo Sánchez (h) et le personnel du centre d’accueil Todos por Ellos

Hommes et femmes

AU 208/13, AMR 41/045/2013, 2 août 2013

image1.png

Cómo puedes ayudar

AMNISTÍA INTERNACIONAL EN EL MUNDO