Documento - México: Asesinato de periodista en Oaxaca debe ser investigado de forma exhaustiva

Mexique. L'assassinat d'un journaliste à Oaxaca doit faire l'objet d'une enquête exhaustive

image1.png AMNESTY INTERNATIONAL

Déclaration publique

Index : AMR 41/042/2013

AILRC-FR

19 juillet 2013

Mexique. L'assassinat d'un journaliste à Oaxaca doit faire l'objet d'une enquête exhaustive

Amnesty International condamne l'assassinat du journaliste Alberto López Bello, qui travaillait pour le quotidien d'Oaxaca El Imparcial. Le corps de cet homme a été retrouvé le 17 juillet à Trinidad de Viguera, dans l'agglomération d'Oaxaca.

Il semble que le reporter, spécialisé dans les affaires de criminalité, ait été enlevé dans un bar en compagnie d'un membre de la police municipale. Les corps des deux hommes assassinés ont été retrouvés au petit matin.

On ignore les raisons ayant pu motiver ces assassinats et les autorités ont ouvert une enquête.

Amnesty International est profondément préoccupée par ce nouveau meurtre d'un journaliste au Mexique. Il est impératif que les autorités enquêtent sans attendre sur la mort d'Alberto López, qu'elles traduisent en justice les responsables présumés et qu'elles fassent toute la lumière sur les motifs de l'assassinat – et déterminent en particulier s'il est lié aux activités journalistiques de la victime. Amnesty International demande également aux autorités de mettre en œuvre immédiatement des mesures de protection pour les journalistes qui travaillent dans l'État d'Oaxaca.

Selon les informations reçues par Amnesty International, Alberto López Bello avait été arrêté et détenu arbitrairement par la police fédérale en mai 2013, pour des raisons liées à son travail. Il avait ensuite été remis en liberté.

Dans plusieurs régions du Mexique les journalistes et les médias travaillent dans un très grave climat d'insécurité et font face à des agressions et des actes de harcèlement, qui restent impunis dans la très grande majorité des cas.

FIN/

Cómo puedes ayudar

AMNISTÍA INTERNACIONAL EN EL MUNDO