Documento - Colombia: Trade union negotiators threatened

Colombie. Des syndicalistes menacés

AU 12/13, AMR 23/001/2013 – Colombie 21 janvier 2013 21 janvier 2013

ACTION URGENTE

COLOMBIE. DES SYNDICALISTES MENACÉS

Les dirigeants syndicalistes colombiens Igor Díaz López et Aldo Raúl Amaya Daza ont été menacés de mort par téléphone. Leurs vies sont en danger.

Deux dirigeants syndicalistes ont été menacés dans le département de La Guajira, dans le nord-est de la Colombie. La femme d’Igor Díaz López a reçu un appel sur son téléphone portable le 10 janvier 2013. Son interlocuteur l’a prévenue qu’il savait ce que faisaient tous les membres de sa famille et où ses filles et elle allaient. Igor Díaz López est le président du Syndicat national des travailleurs de l’industrie du charbon (SINTRACARBON). Aldo Raúl Amaya Daza, le trésorier du syndicat, a été menacé par téléphone les 6, 7 et 8 janvier. Un homme a appelé à son domicile de San Juan del Cesar, dans le même département, et a averti : « Dites à Amaya de faire attention, on l’a dans notre ligne de mire. » Les membres de la famille d’Aldo Raúl Amaya Daza ont vu un homme armé devant leur maison, mais celui-ci est parti au moment où ils sont sortis et où les voisins ont appelé la police.

Igor Díaz López et Aldo Raúl Amaya Daza font partie du comité de négociation du SINTRACARBON. Tous deux négocient actuellement un contrat de travail avec une compagnie minière, au nom des ouvriers. La première phase s’est terminée le 19 janvier 2013, et les travailleurs sont sur le point de décider s’ils entament une grève ou non. Les syndicalistes font fréquemment l’objet de menaces de mort au cours de conflits du travail, ou lorsqu’ils essayent d’améliorer les conditions de travail. Les paramilitaires menacent souvent ces personnes de mort par téléphone.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :

faites part de votre inquiétude quant à la sécurité d’Igor Díaz López et d’Aldo Raúl Amaya Daza, de leurs familles et d’autres membres du SINTRACARBON ;

demandez aux autorités de fournir une protection aux individus menacés, dans le respect de leurs souhaits ;

appelez-les à diligenter une enquête minutieuse et impartiale sur les menaces adressées à Igor Díaz López et Aldo Raúl Amaya Daza, à rendre les conclusions publiques et à traduire les responsables présumés en justice.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 MARS 2013 À :

Président de la Colombie

Juan Manuel Santos

Presidente de la República

Palacio de Nariño, Carrera 8 No.7–26

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 596 0631 (merci de vous montrer persévérant-e)

Formule d’appel : Excmo. Sr. Presidente Santos, / Monsieur le Président,

Ministre du Travail

Rafael Pardo Rueda

Ministerio de Trabajo

Carrera 14, No.99–33

Bogotá, Colombie

Fax : +57 1 489 3900, ext 2320

Formule d’appel : Estimado Sr Ministro, / Monsieur le Ministre,

Copies à :

Sintracarbón

Calle 12A # 11-42

Rioacha, Guajira, Colombia

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Colombie dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

COLOMBIE. DES SYNDICALISTES MENACÉS

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Dans le cadre du conflit armé colombien qui oppose les guérilleros, de gauche, aux forces armées, qui collaborent parfois avec les paramilitaires, les membres d’organisations de défense des droits humains, de syndicats et d’autres organismes à vocation sociale font souvent l’objet de menaces, de disparitions forcées ou d’homicides. Les groupes paramilitaires colombiens sont censés avoir été démobilisés dans le cadre d’un programme lancé par le gouvernement en 2003, mais les menaces proférées contre des organisations de défense des droits humains et des syndicats montrent qu’ils sont toujours actifs.

La Colombie est l’un des pays où le taux d’homicides de syndicalistes est le plus élevé. Ceux-ci sont fréquemment menacés de mort ou tués lors de conflits du travail, ou lorsqu’ils militent pour augmenter leurs salaires et améliorer leurs conditions de travail. Beaucoup d’entre eux sont exécutés de façon extrajudiciaire ou soumis à une disparition forcée par des paramilitaires qui agissent seuls ou avec la complicité des forces de sécurité. De plus, les paramilitaires et les membres des forces de sécurité accusent souvent les syndicalistes de collaborer ou de sympathiser avec la guérilla.

Les guérilleros sont également responsables d’homicides et de menaces à l’encontre de ceux qu’ils accusent de se ranger du côté de leurs ennemis.

Les membres du SINTRACARBON reçoivent des menaces de mort car cette organisation cherche à améliorer les conditions de travail des ouvriers. Le 18 juillet 2012, en pleine réunion du comité de négociation, Igor Díaz López a ainsi été menacé et s’est vu dire que sa famille et lui devaient quitter le pays. Parmi les dirigeants du SINTRACARBON qui ont reçu des menaces de mort au cours de ces dernières années figure Fredy Lozano, menacé après avoir mené des négociations à terme.

Noms : Igor Díaz López et Aldo Raúl Amaya Daza

Genre : hommes

AU 12/13, AMR 23/001/2013, 21 janvier 2013

image1.png image2.png

Cómo puedes ayudar

AMNISTÍA INTERNACIONAL EN EL MUNDO