La peine de mort dans les Amériques en 2008

Témoignage de Sam Millsap au sujet de la peine de mort

© Amnesty International

Au cours de l’année 2008, 38 exécutions ont été recensées sur le continent américain : 37 aux États-Unis et une sur l’État insulaire de Saint-Kitts-et-Nevis.

Au moins 125 personnes ont été condamnées à mort dans six pays : États-Unis (au moins 111), Trinité-et-Tobago (10), Bahamas (au moins 1), Saint-Kitts-et-Nevis (au moins 1), Saint-Vincent-et-les-Grenadines (au moins 1) et Jamaïque (1).

Les États-Unis demeurent le seul État du continent américain à procéder régulièrement à des exécutions.

Aux États-Unis, les autorités ont procédé à 37 exécutions dans neuf États : Texas (18), Virginie (4), Géorgie (3), Caroline du Sud (3), Floride (2), Ohio (2), Oklahoma (2), Mississippi (2), Kentucky (1).

De plus en plus d’éléments montrent que les États-Unis tournent lentement le dos à la peine de mort. Les condamnations à mort n’ont cessé de diminuer depuis le milieu des années 1990, où elles avaient atteint un niveau record.

Des rapports donnent régulièrement la preuve que le système d’application de la peine capitale aux États-Unis est frappé au coin de l’arbitraire, entaché de discrimination et caractérisé par des erreurs judiciaires. En 2008, quatre hommes ont été libérés du couloir de la mort après avoir été innocentés, ce qui porte à plus de 120 le nombre de cas similaires depuis 1975. Tous quatre avaient passé plus de dix ans dans l’antichambre de la mort. Malgré la mise au jour de ces erreurs, certains États continuent d’exécuter des prisonniers, même lorsque des doutes subsistent quant à leur culpabilité.

Saint-Kitts-et-Nevis est devenu le premier État du continent américain, les États-Unis mis à part, à procéder à une exécution depuis 2003. Le 19 décembre 2008, Charles Laplace a été pendu, malgré les doutes subsistant quant à l’épuisement de ses voies de recours.

POUR EN SAVOIR PLUS :
Condamnations à mort et exécutions en 2008
– l’évolution de l’application de la peine de mort dans le monde en 2008.

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE