Annual Report 2013
The state of the world's human rights

17 March 2009

Un militant syrien condamné à trois ans d'emprisonnement

Un militant syrien condamné à trois ans d'emprisonnement
L'écrivain syrien Habib Saleh a été condamné à trois ans d'emprisonnement dimanche 15 mars pour avoir critiqué le gouvernement de son pays dans des articles publiés sur Internet.

Amnesty International considère cet homme comme un prisonnier d'opinion détenu uniquement pour avoir exprimé de manière pacifique ses opinions politiques, et elle a demandé qu'il soit libéré immédiatement et sans condition.

Les charges retenues contre Habib Saleh concernaient des articles sur certains aspects de la politique syrienne qu'il avait écrits et mis en ligne. Il y critiquait le gouvernement syrien et y exprimait son soutien à une personnalité de l'opposition, Riad al Turk.

Âgé de 61 ans, Habib Saleh a été reconnu coupable d'« affaiblissement du sentiment national » (article 285 du Code pénal) et de « diffusion de nouvelles susceptibles de porter atteinte au moral de la nation » (article 286). Le tribunal a abandonné d'autres charges pesant sur lui.

Arrêté dans la ville côtière de Tartous, dans l'ouest du pays, le 7 mai 2008, Habib Saleh avait été détenu au secret pendant trois mois avant d'être déféré à la justice.

Cet homme a déjà été emprisonné à deux reprises au cours de la décennie : de 2001 à 2004 et de 2005 à 2007. Amnesty International l'avait considéré comme un prisonnier d'opinion à ces deux occasions.

Également traducteur et ancien homme d'affaires, Habib Saleh est à l'origine de la création à Tartous d'une antenne du Forum de dialogue national, groupe de discussion interdit.

Il faisait partie des dix partisans d'une réforme arrêtés en septembre 2001 à l'issue du « Printemps de Damas », courte période pendant laquelle les autorités syriennes ont toléré une plus grande liberté d'expression. Il avait mis en ligne sur Internet des articles accusant le gouvernement syrien de « corruption », de « tyrannie » et de non-respect des droits humains. Il avait été reconnu coupable, à l'issue d'un procès inique, d'« incitation aux luttes raciales et de factions ».

Huit mois après sa libération, il avait été de nouveau arrêté et condamné à trois ans d'emprisonnement pour « affaiblissement du sentiment national » et « diffusion de fausses nouvelles ». Les charges retenues contre lui étaient elles aussi liées à des articles critiquant les autorités syriennes qu'il avait publiés sur Internet. Il avait été libéré en septembre 2007.

En Syrie, la liberté d'expression est étroitement contrôlée par les autorités. Les personnes qui expriment des points de vue dissidents courent le risque d'être arrêtées par les forces de sécurité, qui disposent de pouvoirs très étendus en matière d'arrestation et de placement en détention. Les tribunaux civils et militaires et la Cour de sûreté de l'État interprètent très largement les articles du Code pénal, rédigés dans des termes particulièrement flous, et prononcent souvent des peines d'emprisonnement très sévères à l'encontre des personnes soupçonnées d'être des opposants au régime.

Read More

Syrie. Prisonnier d'opinion / Craintes de torture / Détention au secret (action urgente, 7 juin 2005) 
Syrie. Répression de la liberté d'expression : l'incarcération d'opposants pacifiques (rapport, 5 juin 2002)

Issue

Activists 
Freedom Of Expression 
Prisoners Of Conscience 
Trials And Legal Systems 

Country

Syria 

Region

Middle East And North Africa 

@amnestyonline on twitter

News

16 October 2014

Repressive and discriminatory legislation enacted over the last 18 months in Uganda has led to increasing state repression, violence and homophobic and gender-based... Read more »

17 October 2014

Prisoner of conscience and torture victim Ángel Amílcar Colón Quevedo has been released from prison after five years in pre-trial detention, in a move that is welcome but... Read more »

20 October 2014

A politically motivated ban imposed on a Pakistani TV channel critical of the government constitutes a violation of the right to freedom of expression, said Amnesty... Read more »

20 October 2014

An Amnesty International investigation into allegations of execution-style and other deliberate killings by pro-Russian separatists and pro-Kyiv forces has found evidence... Read more »

17 October 2014

Testimonies gathered by Amnesty International indicate that Egyptian security forces used excessive force to crack down on recent student demonstrations at Alexandria... Read more »