Annual Report 2013
The state of the world's human rights

23 September 2008

Zimbabwe : le nouveau gouvernement doit combattre la culture de l'impunité

Zimbabwe : le nouveau gouvernement doit combattre la culture de l'impunité
Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, a signé lundi 15 septembre 2008 un accord de partage du pouvoir avec les dirigeants du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), en vue de résoudre la crise politique qui a débuté en 2000 et qui s'est fortement aggravée au cours des six derniers mois.

Cette crise est marquée par une série de violations, motivées par des considérations politiques, des droits civils, politiques, sociaux et économiques de personnes perçues comme des opposants au président Mugabe. Ceux qui ont commis ou ordonné ces violations jouissent d'une impunité quasi-totale.

Au cours de la période qui a précédé le deuxième tour de l'élection présidentielle, qui a eu lieu le 27 juin, le pays a été le théâtre d'une vague de violations des droits humains commises avec le soutien de l'État : 165 personnes ont été tuées, des milliers ont été torturées et près de 30 000 autres ont été déplacées à l'intérieur du pays. On ignore comment exactement le gouvernement d'unité nationale compte faire face aux questions essentielles que représentent la justice et l'impunité.

Amnesty International a déclaré que la validité de cet accord serait considérablement compromise s'il incluait des mesures d'amnistie ou de grâce empêchant que les auteurs de violations des droits humains soient jugés, que la vérité soit mise au jour et que les victimes bénéficient de réparations.

« Aucune entente ne devrait être conclue qui empêcherait l'émergence de la vérité, et les responsables des violations flagrantes des droits humains qui ont été commises doivent être déférés à la justice, a déclaré Simeon Mawanza, spécialiste du Zimbabwe à Amnesty International, de retour récemment de ce pays où il a rencontré des victimes de violences cautionnées par l'État.

« Les victimes de violations des droits humains demandent justice pour les crimes qu'elles ont subis, et justice leur est due. Ce serait une grande trahison pour ces victimes si les autorités nationales, régionales et internationales apportaient leur soutien à une amnistie pour les auteurs de violations des droits humains. »

Simeon Mawanza a ajouté que le Zimbabwe avait des obligations très claires aux termes du droit international et qu'il se devait de les honorer, en particulier à ce stade crucial de son histoire.

« Toute solution durable à la crise que connaît le Zimbabwe ne peut que se fonder sur le respect et la protection des droits humains », a conclu Simeon Mawanza.

Issue

Activists 
Economic, Social and Cultural Rights 
Freedom Of Expression 
Impunity 
Law Enforcement 
Trials And Legal Systems 

Country

Zimbabwe 

Region

Africa 

@amnestyonline on twitter

News

18 September 2014

Nigeria’s police and military routinely torture women, men, and children – some as young as 12 – using a wide range of methods including beatings, shootings and rape... Read more »

19 September 2014

The Guatemalan government is fuelling the fires of conflict by failing to consult local communities before awarding mining licences to companies.

Read more »
19 September 2014

A Thai court’s decision to uphold a 10-year prison sentence given to an editor and social activist for allegedly insulting the royal family continues the relentless erosion of... Read more »

19 September 2014

Ireland’s latest guidelines on abortion are mere window-dressing that will confuse health professionals and endanger women’s lives and rights.

Read more »
19 September 2014

The Egyptian authorities are putting at risk the life of a jailed activist, whose health has sharply deteriorated after more than 230 days on hunger strike, by denying him... Read more »