Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

1 August 2008

Mexique. La lutte des femmes pour la sécurité et la justice. Études de cas

Marcela

Le 31 août 2005, l’ex-époux de Marcela Blumenkron Romero s’est introduit chez elle par effraction à Hermosillo, dans l’État de la Sonora, et l’a poignardée. Marcela est restée paralysée pendant quatre mois. Elle garde des séquelles graves et durables au niveau neurologique et souffre d’une mobilité réduite.

À maintes reprises, au fil des ans, elle avait appelé en urgence les services de police afin de signaler que son ex-mari la menaçait et la harcelait. Elle a déposé plus de 10 plaintes auprès du bureau du procureur. À chaque fois, elle s’est vu refuser une quelconque protection. Les procureurs lui ont conseillé de résoudre ce problème directement avec son ex-mari, dont elle était divorcée depuis treize ans.

Après avoir poignardé Marcela, son ex-mari a été arrêté et poursuivi pour tentative de meurtre. Aucune charge n’a été retenue pour les années de menaces et de harcèlement sexuel. Cet homme a été condamné à purger une peine de dix ans d’emprisonnement et à verser des dommages et intérêts à Marcela, mais a été déclaré non solvable. Marcela n’a reçu aucune compensation et doit faire vivre ses trois enfants avec une modeste pension mensuelle.

Redoutant le moment où son ex-époux sortira de prison, Marcela craint pour sa sécurité et est persuadée qu’il la tuera.

Teresa

En octobre 2006, Teresa a porté plainte contre son frère pour agression physique auprès du bureau du procureur dans la communauté d’Alpuyeca, dans l’État de Morelos.

Le fonctionnaire a recueilli sa plainte tout en ayant une conversation téléphonique sur un autre sujet et a conclu en lui disant qu’il vaudrait mieux qu’elle se réconcilie avec son frère. Il lui a demandé de remettre une citation à comparaître à son frère afin qu’il assiste à une réunion de réconciliation. Son frère s’est ensuite rendu chez le procureur et a contracté un accord verbal avec Teresa. Il a alors été dit à Teresa : « Ne dépose pas de plainte officielle. C’est ton frère. Il va faire des histoires. » Aux termes de l’accord conclu, son frère devait régler les honoraires du médecin privé qui avait prodigué des soins à Teresa et la facture d'une nouvelle paire de lunettes afin de remplacer celle qu'il avait cassée.

Aucun rapport médical officiel n’a été établi concernant les blessures de Teresa. Cette affaire n’a pas été enregistrée, bien que son frère l’ait agressée à plusieurs reprises auparavant.

Mericia

Mericia Hernández López, jeune enseignante mère d’un bébé de six mois, a disparu de son domicile près de la ville d'Oaxaca le 21 août 2005. Sa sœur, Adela Hernández, préoccupée par sa disparition, s’est rendue au domicile que Mericia partageait avec son mari. Celui-ci a affirmé que Mericia était partie pour une mission d’enseignement et qu’il ignorait si elle allait revenir et quand. Adela Hernández a tenté de déposer une plainte auprès du bureau du procureur local, mais la police lui a dit de ne pas s'inquiéter, car sa sœur allait revenir bientôt. Face à son insistance, la police a finalement ouvert une enquête huit jours après la disparition de Mericia.

Adela Hernández a expliqué à Amnesty International que c’est elle qui avait dû se charger de rencontrer les voisins pour recueillir des informations et des éléments de preuve. Certains auraient été témoins d’actes de violence à l’encontre de Mericia, mais ne souhaitaient pas se manifester par peur de représailles. Les policiers pas plus que les procureurs n’ont interrogé ces témoins. Sept mois après sa disparition, des experts médicolégaux ont examiné le domicile de Mericia, mais n’ont trouvé aucun élément de preuve. Les procureurs ont déclaré à Adela Hernández qu’ils ne pouvaient rien faire de plus.

Au moment de la rédaction de ces lignes, on ignore toujours ce qu’il est advenu de Mericia Hernández. Sa famille continue de se battre pour qu’une enquête digne de ce nom soit diligentée sur sa disparition.

AI Index: PRE01/210/2008
Region Americas
Country Mexico
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress