05 July 2008
Les "femmes de réconfort" en attente de justice depuis soixante-deux ans

"Le gouvernement japonais pense que lorsque toutes les femmes de réconfort seront mortes, le problème sera enterré et oublié. Mais ce ne sera pas le cas. Tant que la génération suivante saura ce qui s'est passé, ça ne tombera pas dans l'oubli." Gil Won-Ok (à droite), ancienne "femme de réconfort" sud-coréenne.

 L'ancienne "femme de réconfort" Gil Won-Ok et une amie dans le Foyer coréen pour "femmes de réconfort"

Dans les années 1930, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement japonais a réduit des milliers de femmes à la servitude au bénéfice des forces armées nippones. Dans le cadre de ce système d' "esclavage sexuel militaire", ces "femmes de réconfort" étaient enlevées, battues, violées et contraintes à fournir des services sexuels aux soldats japonais.

Le gouvernement nippon n'a jamais révélé toute l'étendue du système d'esclavage sexuel qui avait été mis en place, mais on estime qu'environ 200 000 femmes ont ainsi été asservies. Les autorités refusent toujours de reconnaître officiellement leur responsabilité dans ces crimes.

Le système de prostitution forcée des "femmes de réconfort" au service de l'armée japonaise a donné lieu à toute une série d'atteintes aux droits humains, notamment des violences sexuelles telles que des viols collectifs et des avortements forcés, à tel point que cet épisode de l'histoire a été décrit comme "l'un des pires cas de traite d'êtres humains au XXe siècle".

Un grand nombre de ces femmes continuent de subir les conséquences de ces violences mais trouvent le courage de parler publiquement de leur expérience et de faire campagne pour obtenir justice. Différents États à travers le monde ayant adopté des résolutions demandant justice pour les "femmes de réconfort", le Japon est de plus en plus sous pression.

Àtitre d'exemple, les États-Unis, les Pays-Bas, le Canada et le Parlement européen ont adopté des résolutions exhortant le gouvernement japonais à :

  • accepter la pleine responsabilité des atteintes aux droits humains commises envers les "femmes de réconfort";
  • présenter des excuses officielles pour les crimes perpétrés contre ces dernières ;
  • accorder des indemnisations adéquates et effectives.

Les autorités philippines envisagent d'adopter une résolution qui revêtirait une importance particulière au vu du grand nombre de femmes philippines réduites en esclavage par l'armée impériale japonaise.

Aidez les anciennes"femmes de réconfort" à se battre pour obtenir justice. Encouragez les Philippines à adopter à leur tour une résolution demandant justice pour les "femmes de réconfort".

 

796
Actions taken

Take Action

Campaign has expiredCette action est fermée. Merci pour votre soutien
655,665
Total Actions taken
by people like you